AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conseil Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Conseil Noir   Sam 14 Mai - 16:59


Conseil Noir


Le conseil noir est la plus haute instance de l'empire, qui ne répond que de l'empereur lui-même. Basé dans la citadelle, le conseil noir est composé des douze seigneurs noirs les plus puissants et les plus sages de l'empire et administre toutes les affaires relatives aux domaines compris dans les sphères d'influence.


Membres du conseil noir

• Dark Howl, chef du conseil noir (Sphère d'influence : Philosophie Sith)
• Dark Thanaton (Sphère d'influence : Savoir Ancien)
• Dark Marr (Sphère d'influence : Défense de l'Empire)
• Dark Acharon (Sphère d'influence : Sciences Biotiques)
• Dark Jadus (Sphère d'influence : Renseignements Impériaux)
• Dark Baras (Sphère d'influence : Offensive Militaire)
• Dark Decimus (Sphère d'influence : Stratégie Militaire)
• Dark Mekhis (Sphère d'influence : Technologie)
• Dark Mortis (Sphère d'influence : Lois et Justice)
• Dark Ravage (Sphère d'influence : Expansion et Diplomatie)
• Dark Rictus (Sphère d'influence : Protection des Mystères)
• Dark Vowrawn (Sphère d'influence : Production et Logistique)





Dernière édition par Dark Plagueis Le Sage le Sam 21 Jan - 20:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Re: Conseil Noir   Dim 15 Mai - 17:48


Dark Oldae



Partie I

Chapitre I: Une mission vitale

Oldae était agenouillé dans la salle du conseil noir, le visage baissé n'osant poser le regard sur les hommes qui l'entouraient. De chaque côtés, les conseillers le dévisageaient. Il émanait d'eux une force comme jamais le jeune sith n'en avait sentie, la pièce baignait toute entière dans le côté obscur. Il pouvait sentir le regard des seigneurs noirs qui se posaient sur lui, qui le décortiquaient, l'analysaient sous toutes ses coutures. Il sentait leur présence au plus profond de son âme. Il était démuni devant autant de puissance, il n'osait dresser les barrières mentales que son maître lui avait appris à mettre en place, pour éviter un possesseur de la force de l'agresser psychiquement, et de toute manière, elle ne lui serviraient à rien. Il était à leur merci. Aussi attendait-il là, il n'osait pas prendre la parole, le moindre mot déplacé, le moindre faux pas et ils le tueraient. Apres plusieurs minutes qui parurent des heures, une voix se fit entendre.

- Nous t'avons convoqué ici pour te confier une mission de la plus haute importance. Nous n'étions pas tous partisans de ta venue ici mais ton maître, le seigneur Thanaton, a insisté pour que ce soit toi que nous sollicitions pour cette affaire. Aussi j'espère que tu ne nous décevras pas, dit la voix.

La voix venait du fond de la pièce, il ignorait à qui elle appartenait mais il avait senti la haine qu'il portait à son maître lorsqu'il avait prononcé le nom de Thanaton. Il s'agissait sans aucun doute de l'un des détracteurs de son maître. Aussi répondit-il d'une voix qui se voulait assurée sans pourtant manquer de respect au conseiller.

- Il en va de soit mes seigneurs. Je ne saurais vous décevoir et j'espère être digne de la mission que vous me confierez, répondit Anarell.

Une voix reprit, différente de la première. Cette dernière était moins agressive mais la force qui s'en dégageait n'était nullement comparable à la première.

- La mission que nous voulons te confier est en rapport avec l'ancienne civilisations des Rakatas. Sais-tu de qui il s'agit mon garçon ? dit la deuxième voix.

- Vous voulez parler des bâtisseurs, les créateurs de la forge stellaire et de l'empire infini je suppose ? répondit Oldae d'un ton assuré. Il savait qu'il avait raison, son maître lui avait enseigné leur histoire pendant quatre années et il en connaissait maintenant autant que les plus grands spécialistes en la matière.  

- Comme l'avait dit ton maître, tu dispose en effet de connaissances inhabituelles sur ces êtres. Rares sont les sith qui en connaissent autant sur cette civilisation disparue. Tu me sembles donc être celui qu'il nous faut. Tu n'es pas sans savoir que la forge stellaire nous permit de nous doter d'une flotte militaire sans précédent. Mais tu n'es pas sans savoir que cette forge n'est plus et sans la forge nous sommes condamnés à nous limiter à nos chantiers navals. La république dispose de chantiers bien plus élaborés et en plus grands nombres, ce n'est qu'une question de temps avant qu'elle ne parvienne à aligner une flotte capable de nous contrer. C'est pour cela que nous voulons te confier une mission. Nous désirons que tu trouves Rakata Prime, le berceau des Rakatas. Trouver cette planète nous en apprendra d'avantages sur cette civilisation millénaire et la forge stellaire. Nous te demandons uniquement de trouver la planète, le reste ne te regarderas pas. Tu disposeras d'un croiseur de classe Harrower, d'un équipage entier et de troupes entrainées. Tu recevras aussi l'appui des services secrets et un mandat du conseil qui te permettra de te rendre sur toutes les planètes de l'empire et de t'appuyer sur leur aide pour mener à bien ta mission. Tu n'as pour l'instant aucune date butoir mais saches que cette date pourrait tomber dès lors que les conflits recommenceront avec la république. Ce seras tout, maintenant part et remplit la mission que le conseil t'a donné. Ne nous déçois pas mon garçon, les conséquences pourraient s'avérer terribles pour nous tous, finit la seconde voix.

Trouver Rakata Prime ! C'était une blague ? Personne n'avait idée de où se trouver cette planète, des milliers de personnes s'étaient lancées à la recherches de la planète mais toutes étaient revenues bredouilles. Le conseil l'envoyé à la mort. Les conséquences de la confiance qu'il accordait à Malgus ? Probablement... Merde ! Comment faire ? Trouver la planète ? Impossible, comment le pourrait-il ? Il se surprit à trembler et cela le fit ricaner. Quel triste sith il faisait. Il ne se laisserait pas tuer comme ça. Il leur montrerait à ces seigneurs du conseil ce dont il était capable et il se vengerait, un jour il se vengerait de ces douze seigneurs qui l'avait mis à mort.

- Il en sera fait selon vos désirs mes seigneurs. Maintenant si vous le permettez, je vais me retirer, il semblerait que j'ai à faire, répondit Anarell.

Il se leva avec souplesse et regarda un à un les douze conseillers. Ces douze seigneurs qui l'envoyaient à la mort sans même montrer la moindre émotion. Il affronta leurs regards, les uns après les autres, sans même sourciller une seule fois. Il s'arrêta un moment devant le visage de son maître, impassible comme à l'accoutumé et continua à balayer son regard. Une fois qu'il eut fini, il s'inclina, tourna le dos et prit la direction de la porte. Dès qu'il se fut retourné, il sentit la force des conseillers s'abattre sur lui, cette force pleine de haine qui agressait de nouveau son esprit, mais cette fois il ne leur faciliterait pas la tâche, il dressa ses barrières psychiques. Ceci était une faute grave mais il n'en avait cure. Au premier contact, tout les seigneurs cessèrent leur assaut sauf un. Le premier conseiller qui lui avait parlé. C'était décidé, ce sera lui qu'il tuera en premier.
Lorsqu'il eut quitté, la pression se relâcha d'un coup. Il regarda ses mains, il tremblait. Il semble qu'il lui restait du chemin avant de pouvoir se mesurer aux conseillers. Il devait devenir plus fort et pour cela il devait trouver Rakata Prime.
Il prit la direction de la bibliothèque, si un endroit sur Dromund Kaas pouvait lui apprendre quelque chose sur les Rakatas c'était la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Re: Conseil Noir   Sam 21 Jan - 22:03



Dark Oldae




Partie IV

Chapitre XI: Le conseil noir

Assis l'un en face de l'autre dans la luxueuse navette militaire qui les amèneraient sur le porche du conseil, le seigneur noir et le Justifié se faisait faces sans un bruit. Flanqués chacun de leurs plus fidèles guerriers, ils s'observaient dans un silence pesant ; ce genre de parfait silence qui profile les situations difficiles où l'incertitude va de pair avec la réussite. Ou l'échec.

Finalement, ce fut le Mandalore qui prit l'initiative de briser le silence qui s'était installé alors que les formes des grandes tours sombres de Dromund Kaas City se dessinaient en contre-bas, à travers les larges vitres transparentes de la navette.

- Seigneur Sith, comment tout cela va-t-il se passer ? Je crains de ne pas être au fait des pratiques de l'empire et encore moins du conseil noir. Ce que j'en sais, se résume aux colportages et aux mythes qui entourent ce conseil. Et l'ensemble ne me semble guère réjouissant.

- Le conseil noir est l'institution suprême de l'empire. Elle est composée de douze seigneurs noirs des Sith répondant au titre de Dark et considérés comme les Sith les plus puissants et les plus sages de tout l'empire. Chacun des conseillers se voit attribuer une sphère d'influence politique lui octroyant des prérogatives dans le fonctionnement de l'empire. A l'instar du sénat républicain, le sénat impérial est une chimère de démocratie, son rôle est purement consultatif ; l'ensemble des pouvoirs sont centralisés autour du conseil noir et de ses membres. En simple, toutes les questions relatives à l'empire lui sont soumises.

- Votre amiral m'a parlé d'un certain Dark Ravage pour notre accueil. Qui est-il ?

- Dark Ravage est le conseiller noir en charge de l'expansion militaire et de la diplomatie. Il représentera l'empire lors de votre accueil à la citadelle. C'est un homme particulier mais c'est un diplomate émérite, je ne me fais pas d'inquiétude, il saura vous accueillir comme le doit votre rang et répondra à toutes vos interrogations. Et puis, ne vous inquiétez pas, je serai à vos côtés pendant la rencontre.

En réalité, Dark Ravage était aux yeux du Sith l'une des pires pourritures de tout l'ordre noir ; l'exemple même de la décadence impériale et de ce qu'il exécrait le plus chez les Sith. Outre le fait d'être l'un des plus grands détracteurs de Dark Thanaton - ce qui n'était probablement pas étranger à la considération d'Oldae pour ce conseiller - Ravage était un homme froid, calculateur et profondément cruel ; capable de faire éliminer des centaines voir des milliers d'innocents pour rester au pouvoir ; n'hésitant pas à massacrer et à abattre ses détracteurs les plus affichés, le tout agrémenté pas une grande gueule sans retenue qui déblatérait sans interruption les pensées vicieuses de son propriétaire et une xénophobie soigneusement affichée et entretenue.
Bref, l'archétype de la gangrène impériale qui avait su se placer au somment du gouvernement. La chose à éliminer pour réformer cet empire déformé par ce genre d'hommes pourris jusqu'à l'os.

- Combien de temps pensez-vous que les négociations vont durer, seigneur Sith ?

- J'envisagerai une petite semaine de tractations avant qu'un accord puisse t'être trouvé. Le conseil noir ne va pas apprécier de s'être fait voler l'initiative de cette alliance et va chercher à imposer ses conditions. Mais ne vous inquiétez pas, entourez de juristes et de plaideurs compétents, vous n'aurez aucun mal à faire entendre vos positions. Le conseil désire comme nous cette alliance, il ne s'entêtera pas au point de la compromettre. Mon conseiller, Dark Desius, restera avec vous pour vous épauler et veiller à ce que le conseil respecte vos intérêts. Fut un temps où Dark Desius était une figure majeure de cet empire ; un éminent juriste, philosophe, théoricien et politicien bien qu'il se garderait bien de cette dernière distinction ; son nom, bien que lointain, résonnera aux oreilles des plus fins connaisseurs de la vieille époque.

Le Mandalore acquiesça et le silence reprit ses droits dans la navette mais après quelques instants, se fut au tour du Sith de briser le silence.

- Vous souvenez-vous de nos conditions pour mon aide dans votre guerre, seigneur Mandalore ?

- En effet, approuva le Justifié. Favoriser le rapprochement de l'empire et des clans de Mandalore dans l'optique d'une alliance militaire et une aide politique à votre égard le moment où vous m'en ferez part. Pourquoi ? Pensez-vous que j'ai oublié nos accords ? Ne m'injuriez pas, seigneur Sith.

Pour cette fameuse aide politique, voyons. L'objectif même de la guerre n'avait jamais été l'alliance - tout du moins pas comme priorité - aux yeux du Sith. Non. L'objectif de cette guerre du schisme du combattant était de faire naître l'obligation née de la nécessité publique, seule capable de contraindre la plus haute institution impériale ; cette obligation qui apparaitra comme l'oeuvre d'Oldae destinée à se venger des conseillers. Son oeuvre. Son meilleur plan. Sa vengeance qui l'amènera à imposer ses conditions au conseil. Et pour que cela fonctionne, il était temps que le Justifié réponde à cette aide politique.

- Jamais, Mandalore. Veillez excuser ma maladresse, je n'essayais nullement de remettre en question votre honneur. Je voulais simplement vous signifier qu'il était temps pour moi de vous révéler qu'elle aide politique vous me fournirez.

Le Justifié fronça les yeux et plissa légèrement les lèvres tandis qu'il joignait ses mains devant lui en posant ses coudes sur ses genoux et en se penchant légèrement vers l'avant.

- Dites, je vous écoute.

- Ma demande est simple, Mandalore. Je ne veux qu'une chose, un simple service ou plutôt un simple délais.

- Ne tergiversez pas, seigneur Sith. Que voulez-vous ?

Oldae porta un instant son regard vers l'une des vitres de la navette : le sol se rapprochait, bientôt ils seraient arrivés. Le temps pressait, il n'avait pas le temps de noyer le mandalorian dans des flots de paroles sans réel intérêt. Il devait aller droit au but.

- Je ne veux pas que vous signez le traité d'alliance tant que je ne vous en aurai pas donné la permission, déclara froidement et crûment le Sith.

- Qu'entendez-vous par permission ? Votre accord ? demanda avec une pointe de scepticisme le mando'ade.

- Exactement.

- Quelle demanda saugrenue. Ca ne vous ressemble pas, seigneur Sith, signifia le Justifié, visiblement surpris d'une telle demande. Qu'elle est cette histoire ? Je ne comprends pas. Je croyez que vous vouliez cette alliance.

- Je la veux, comme vous. Mais j'ai besoin de votre aide. Vous serez ma garantie, Mandalore. Ma garantie auprès d'un conseil qui me voudra peut-être mort pour ce que je m'apprête à faire.

- Que vous apprêtez-vous à faire ? Je ne crains de ne pas comprendre.

- Je ne peux pas vous en dire plus. Mais croyez-en moi, ce traité ne sera pas remis en cause, il sera bien signé. J'ai besoin de vous pour contraindre le conseil noir, vous serez mon coup de bluff.

- Votre coup de bluff ? Vous nous croyez dans un jeu de Pazaak, seigneur Sith ? demanda avec une pointe d'agacement le Justifié.

- Non. Pas dans un jeu de Pazaak, Mandalore. Dans un jeu d'échec. Une galaxie pour échiquier, des puissances pour couleurs, des êtres vivants pour pions et des élites pour pièces. Moi, je ne désire pas demeurer un simple pion sur les cases noires de l'empire et du conseil. J'inspire à balayer ces cases et pour cela je dois être une pièce et plus un simple pion. Votre aide sera mon seul moyen d'obtenir cette promotion. Puis-je compter sur vous ?

Les yeux du Justifié se rétrécirent et ses traits se raidirent alors qu'il réfléchissait, jugeant le pour et le contre de cette proposition malvenue que le Sith avait veillé à n'aborder que lorsqu'ils arriveraient sur Dromund Kaas ; là où personne ne pourrait faire marche arrière ; là où seule la solution d'avancer apparaissait comme rationnelle.

- J'accepte votre requête, seigneur Sith, acquiesça finalement le Mandalore, non sans manquer de marquer sa contrariété. J'attendrai votre accord, je m'y engage.

- Je vous en remercie, Mandalore.

Quelques minutes passèrent avant que la navette ne se pose sur une petite plateforme jointe à la citadelle Sith où siégeaient les conseillers noirs.
Devant la navette, un long couloir de gardes en armures noires anthracites s'étalait jusqu'à l'entrée de la citadelle jointe à la passerelle d'atterrissage. A quelques mètres du vaisseau, cinq Sith se tenaient là, quatre d'entre eux légèrement en repli derrière le premier : Dark Ravage.
Pour une personne qui n'était pas sensible à la force, Dark Ravage semblait être un homme de taille moyenne et d'âge mur. Brun, les cheveux plaqués vers l'arrière dans une coupe élégante, les yeux d'un triste vert, les traits durs et légèrement cernés d'un homme finissant la quarantaine ; il avait d'avantage l'allure d'un des nobliaux de la capitale que d'un seigneur noir des Sith. Mais même pour l'oeil inexpérimenté, certains détails ne trompaient pas : un tatouage rouge en forme de flèche montait progressivement de son arrête du nez jusqu'au milieu du front alors qu'un tatouage de la même couleur venait agrémenter son large menton, et que deux traits noirs de tailles inégales venaient couvrir le bas de ses joues des deux côtés. A ses drôles de motifs caractéristiques d'une partie de la gente Sith, venaient s'ajouter une riche armure pourpre aux larges épaulettes et des implants cybernétiques de ses pommettes à ses tempes.
Mais pour une personne qui était sensible à la force, il n'était pas difficile, outre les atours, de deviner la nature de l'homme qui se tenait face à la navette, flanqué de quatre autres Sith. La pression spirituelle de l'homme, et le côté obscur qui en émanaient, suffisaient à convaincre quiconque qu'il était en la présence d'un membre du conseil noir ; l'un des douze plus puissants Sith de l'empire.

Le sas de la navette s'ouvrit dans un nuage de fumée et la passerelle se détracta pour laisser sortir une dizaine de gardes mandalorians qui se mirent en rang à leur tour de chaque côté du vaisseau.
Les gardes furent rapidement suivis du Justifié, flanqué par le seigneur noir, et ensemble, ils parcoururent la courte distance qui les séparait de l'accueil impérial.
Le Mandalore s'arrêta face au conseiller noir et le salua respectueusement d'une courte révérence que lui rendit ce dernier.

- Je vous souhaite la bienvenue sur Dromund Kaas, Mandalore le Justifié. Je suis le conseiller noir Dark Ravage, je serai celui qui vous conduira au conseil noir. Veuillez excuser notre impolitesse lors de votre arrivée ; nos services de sécurité ignoraient votre venue, comme le conseil d'ailleurs. Soyez certain que vous aurez le droit à toute l'hospitalité que doit l'empire à une personne de votre rang.

- Je vous remercie pour votre accueil Dark Ravage. Je crains qu'il me revienne aussi de m'excuser de ne pas avoir fait signifier ma venue mais les circonstances nous ont prises de court.

- Il n'en est rien. L'empire sera toujours heureux d'accueillir le célèbre Mandalore, déclara fièrement le conseiller, à l'aise dans le costume de diplomate puant qui était le sien depuis plus d'une décennie.

Mais Ravage avait bien remarquer que le Justifié n'était pas seul ; que quelqu'un de particulier dont le nom s'était régulièrement fait entendre sur les bans du sénat, les sièges du conseil et les tables des soirées de la noblesse impériale, se tenait là, au côté du Mandalore.

- Seigneur Oldae, je vous souhaite la bienvenue sur Dromund Kaas, salua Ravage avec un large sourire.

Le mépris brillait dans les yeux du conseiller. Imperceptible pour l'ignare des relations entre Dark Thanaton et Dark Ravage, honteusement perceptible pour ceux qui les suivaient.

- Je vous en remercie, seigneur Ravage, s'inclina légèrement Oldae, tel que son rang l'indiquait, une même lueur de mépris dans les yeux camouflés derrière son masque. Mais je vous serai gré de croire que la faute de notre arrivée incongrue est mienne. J'ai mal fait en ne prenant pas l'initiative de prévenir le conseil noir. Mais comme la dit le Mandalore, les circonstances l'exigeaient.

- Ce n'est rien, voyons, répondit Ravage alors qu'en réalité l'idée qu'un non-conseiller se soit permis de déroger au conseil l'irritait. Je vous serai gré de me suivre, messeigneurs, le conseil noir nous attend.

Et ils entrèrent dans la citadelle. Antre du côté obscur. Antre du conseil noir. Antre des tyrans de l'empire. L'arène d'Oldae.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Re: Conseil Noir   Jeu 26 Jan - 14:26



Dark Oldae




Partie IV

Chapitre XI: Le conseil noir

Un an ? Peut-être même plus. Et pourtant... Il se souvenait de ce jour comme si c'était hier. Ce jour où il se tenait au centre de cette grande salle, sous les regards inexpressifs des statues de premiers membres du conseil noir et sous les regards insoutenables des douze conseillers.
Aucun d'entre eux n'avaient changé. Les douze mêmes. Les douze mêmes silhouettes. Les douze mêmes visages. Les douze mêmes présences. Les douze mêmes seigneurs noirs des Sith. Les douze mêmes bourreaux.
Qu'il était bon de pouvoir les revoir tous réunis au même endroit ; comme il y a un an ; comme le jour de sa condamnation à mort implicite.
Il avait attendu ce moment pendant plus d'une année ; pouvoir revenir dans cette salle du côté obscur en vainqueur. Qu'ils devaient le haïr de revenir ici en conquérant, en serviteur incontesté de l'empire ; lui qu'ils avaient envoyé trouver Rakata Prime, une planète disparue depuis plusieurs dizaines de millénaires.

Oldae se tenait là, au centre de la grande salle du conseil noir, au coeur du large losange de dallage bleu où devaient se tenir les conviés et les invités du conseil. Le Mandalore au côté, il s'affaira à dévisager les visages des conseillers. Un à un, un sourire narquois dissimulé derrière son casque.
Ils n'avaient pas changé ; toujours cette même condescendance, cette même haine qui leur voilait le regard, cette même avarice de pouvoir. Et c'étaient eux qui devaient mener l'empire, le conduire vers la grandeur et l'y conserver pour qu'il se pérennise. Quelle ironie ; ces hommes et femmes ne pensaient qu'à une seule chose : demeurer confortablement assis sur leur siège de pierre duquel ils pouvaient regarder de haut l'empire et ses sujets.

Le premier visage sur lequel s'arrêta notre Sith fut celui de son maître, ce calme irrationnel et insondable dans les yeux. Le haïssait-il réellement ? Au fond, son maître avait bien cherché à le protéger des foudres du conseil, à dissuader les conseillers noirs de jeter leur dévolu sur un jeune Sith revenu un peu trop célèbre de la guerre. Le tenir responsable de cette condamnation était-il légitime ? Probablement pas. Mais la haine et la facilité étaient tellement plus simples. Il faisait parti, lui aussi, des bourreaux d'Oldae ; il n'échapperait pas à sa vengeance.
Le deuxième fut Dark Howl, maître du conseil noir. Toujours la même prestance, cette même aura qu'il diffusait tout autour de lui et qui imposait le respect, cette même sagesse qui se dégageait de ses yeux de braise, ce même sadisme dissimulé derrière un élégant personnage. Un personnage qu'Oldae avait toujours eu du mal à appréhender ; incapable de comprendre la logique qui menait cet étrange seigneur noir.
Le troisième fut Dark Marr, le gardien de l'empire. Le visage dissimulé derrière son masque, il était impossible de voir quel regard était le sien. Mais nul besoin de regard lorsqu'une pression spirituelle aussi terrifiante suffisait pour traduire ses émotions et sa puissance. Un personnage impressionnant... et effrayant.
Le quatrième et dernier, le meilleur pour la fin, puissions-nous dire, Dark Jadus. Le conseiller n'avait même plus la décence de cacher son animosité à l'égard d'Oldae. Bien au contraire, il manifestait sa haine à travers sa pression spirituelle, la laissant, elle et les émotions qu'elle comportait, se déverser dans la salle du conseil sans la moindre vergogne.
Triste personnage, se disait Oldae. Le conseiller noir en était réduit à de telles bassesses ; il n'avait plus rien du seigneur noir qu'il était autrefois. Il n'était plus qu'un déchet, une déviance qu'il valait mieux éliminer.

- Cela faisait plus d'un an, seigneur Oldae, tonna la voix de Dark Howl. Nous sommes heureux de vous revoir ici.

- Je vous en remercie, mon seigneur, s'inclina l'inquisiteur. J'en suis heureux aussi.

- Lorsque ce conseil a appris que vous vous engagiez dans la Grande Traque, il a cru que vous faisiez cela pour nourrir vos intérêts particuliers, laissant le conseil noir sceptique que vous interveniez indirectement au nom de l'empire. Mais, aucunement, nous n'imaginions pas que vous nous ramèneriez le Mandalore en personne. Je me permets de mentionner au nom de ce conseil que nous sommes surpris ; agréablement et étrangement surpris.

- J'ai toujours agi pour le bien de l'empire. Il s'agissait là de mon unique volonté à entrer en guerre, expliqua le Sith, lui valant un regard de biais du Mandalore.

- Nous ne pouvons que nous en réjouir. Mais, il serait bon de nous préciser davantage la raison de votre présence ici, vous et le Mandalore, déclara Dark Marr de sa voix grave. Il m'est inutile de vous préciser qu'une flotte de guerre mandalorienne est actuellement stationnée au-dessus de Dromund Kaas.

- Il est vrai, acquiesça froidement Oldae. Je laisserai donc la parole au Mandalore. Il lui revient de mener les négociations au nom de son peuple ; je ne suis qu'un intermédiaire.

Le Justifié hocha la tête lorsque le Sith l'invita à s'avancer et s'exécuta.

- Je suis Mandalore le Justifié, maître et seigneur de l'empire mandalorian, se présenta-t-il. En ce jour, je représente mon peuple et fait valoir sa volonté de tisser une alliance militaire avec le second empire Sith.

- Seigneur Mandalore, nous vous souhaitons de nouveau la bienvenue. Nous vous laissons la parole, l'invita Dark Howl.

Pendant plus d'une heure, le Mandalore reproduisit l'exposé qu'il avait fait devant l'assemblée des clans, présentant le déroulement de la guerre et ses circonstances, sa consécration par les clans, et sa volonté de former une alliance avec le second empire.
Il semble inutile de préciser que les conseillers se réjouirent rapidement lorsqu'ils eurent la confirmation de ce qu'ils attendaient : une alliance avec les mandalorians devenait possible. Et bien qu'ils n'en avaient pas eu l'initiative - à leur grand dam - ils ne rechigneraient pas devant cette opportunité inédite de renverser l'équilibre des forces après le Traité de Coruscant.
Après cette heure de présentation, où le Mandalore ne présenta que les grands axes de cette alliance, il prit congé du conseil après que ce dernier est accepté d'ouvrir des négociations officielles qui ne devaient que commencer le lendemain, en la présence de délégués du sénat, de hauts fonctionnaires de l'administration impériale, de juristes et de conseillers des deux parties.
D'une révérence, le Justifié se détourna des conseillers et s'engagea vers la sortie, suivi d'Oldae qui avait pris le temps d'adresser une révérence à ses supérieurs de l'ordre noir. Mais alors que le Mandalore avait quitté la salle et qu'il s'apprêtait à franchir le porche, la voix de Dark Howl l'en dissuada : "Seigneur Oldae, nous n'en avons pas fini avec vous, veuillez rester ici, je vous prie".

Le Sith jura intérieurement et retourna sur ses pas, usant de toute sa maîtrise de lui-même pour ne pas laisser paraitre l'appréhension et la colère qui le gagnaient.

- Que puis-je pour vous, mes seigneurs ? demanda l'inquisiteur lorsqu'il fut de nouveau au coeur du losange bleu.

- Nous tenions à vous faire part de notre ressenti sur ce que vous venez de faire, répondit le chef du conseil noir.

- Sur ce que je viens de faire ? demanda Oldae, feignant l'innocence.

- Ne jouez pas l'innocent, Dark Oldae, tonna une voix féminine - Dark Mekhis, la seule femme du conseil. Le conseil noir n'apprécie pas que les seigneurs noirs outrepassent leurs droits. Et encore moins, lorsqu'il s'agit de le prendre de court afin de l'humilier.

- Je vous assure que je n'ai jamais voulu humilier ce conseil, je ne le permettrai jamais et j'en serai bien incapable, mes seigneurs. Je n'ai fait cela que pour le bien de l'empire.

- Tout est-il que vous vous êtes permis de faire venir une flotte de guerre étrangère au-dessus de la capitale impériale. C'est une faute grave, en êtes vous conscient ? demanda Dark Howl en reprenant la parole à Mekhis.

- J'en suis conscient, je suis prêt à en accepter le châtiment, acquiesça Oldae qui sentait la situation se gâter progressivement.

- Ne soyons pas ingrats, mes seigneurs, déclara Thanaton, désireux de ne pas laisser le conseil punir son ancien apprenti sans faire valoir son point de vue. Il a permis à l'empire de pouvoir sceller une alliance avec les mandalorians. Aucun de nous n'y est parvenu. Et, il dit l'avoir fait pour l'empire. Que demander de plus ? Sommes-nous donc si faibles que nous devons punir tous ceux qui agissent pour le bien de l'empire sous prétexte que ce n'étaient pas l'un de nous douze ? Même s'il a laissé venir une flotte mandalorienne sur la capitale et que cela constitue une faute, il n'y avait aucune volonté de nuire. Cette flotte n'est constituée que d'une dizaine de bâtiments, soit même pas un tiers d'une seule des deux flottes de défense de Dromund Kaas. S'il n'y a pas le moindre danger, alors n'en inventons pas. Et même s'il s'agit d'une faute grave, l'acte qu'il a accompli pour l'empire mérite largement de laver cette faute.

- Il est bien aimable à vous de défendre votre vassal, seigneur Thanaton, mais il a fauté. La faute appelle la punition, rappela Dark Mortis, principal détracteur de Thanaton au conseil.

- Ne brandissez pas l'étendard de la justice lorsque cela vous arrange, Dark Mortis, rétorqua le gardien du savoir ancien. Vous n'avez pas la moindre crédibilité, votre assassin personnel outrepasse bien trop souvent les lois de l'empire et vous veillez à ce qu'elles ne l'atteignent pas.

- Ne m'insultez pas, Dark Thanaton, le mit en garde Mortis. Je suis le conseiller de la sphère des lois et de la justice. Je ne brandis pas la justice, je suis le représentant de la justice.

La tension grimpa d'un cran entre les deux conseillers.

- Mes seigneurs, je ne crois pas qu'il soit le moment de vous affronter pour pareille futilité ou nous donnerons un bien piètre exemple de nous au Mandalore, intervint Dark Howl. Le cas de Dark Oldae appelait davantage à la précision ou à la remarque qu'à la sentence. Dark Thanaton a raison, nous serions ingrats de le punir pour ce qu'il a fait ; tout du moins au vue de son résultat. Je pense que Dark Oldae connait bien les limites que sont les siennes et qu'il veillera à ne pas les dépasser, pour le bien de l'empire, comme le sien. Il sait bien que nul ne peut humilier ou outrepasser le conseil sans en payer le prix cher.

- Soyez-en assurés, mes seigneurs, approuva le Sith dans un sourire intérieur.

- Voilà qui règle la chose, seigneur Oldae. Si vous semblez avoir compris, je ne pense pas que ce conseil est quelque chose à ajouter. Vous pouvez disposer.

- Je vous remercie, mes seigneurs, les salua l'inquisiteur d'une révérence avant de s'engager vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conseil Noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conseil Noir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salle du Conseil Noir
» Nouvel Organigramme du Conseil Noir
» Bande d'elfes noir
» [CONSEIL] Nains
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star wars forum :: Second Empire Noir des Sith :: Dromund Kaas-
Sauter vers: