AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Centre militaire de Dromund Kaas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Centre militaire de Dromund Kaas   Jeu 19 Mai - 20:02



Centre militaire de Dromund Kaas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Re: Centre militaire de Dromund Kaas   Sam 21 Mai - 10:47


Dark Oldae



Partie I

Chapitre IX: Le départ

Le centre militaire de Dromund Kaas est la principale structure impériale de la planète capitale, et rassemble en son sein deux bases militaires ainsi que l'ensemble des chantiers navals situés dans l'espace, en orbites autour de la planète. Immense structure, qui s'étale sur une trentaine de kilomètre, le centre militaire dispose d'une section au sol où viennent s'amarrer les vaisseaux lors de l'embarquement de l'équipage, d'une section orbitale dédiée à l'accroche des flottes de défense et d'un ensemble de chantiers spatiaux mis en place depuis la destruction de la forge stellaire.

Oldae aperçu au loin la vaste enceinte, d'une quarantaine de mètres, qui cloisonnée le centre militaire. Le gouvernement avait fait construire une vaste enceinte tout autour du centre, quelques temps après sa construction, pour empêcher les regards indiscrets de se profiler dans le centre. Le centre paraissait bien menaçant au loin, les imposants remparts noirs, flanqués de tourelles automatiques et de DCA faisaient d'avantages penser à un centre pénitencier qu'à une base militaire. Oldae se redressa de son siège et demanda au militaire qui pilotait sa navette de transport planétaire, dans laquelle il avait voyagé depuis Kaas City, dans combien temps atteindraient-ils le centre. Ce dernier, un homme solidement charpenté d'une trentaine d'années et d'un petit mètre quatre-vingt, lui répondit qu'ils seraient là-bas dans moins d'un quart d'heure et qu'il n'avait pas à s'en faire, les autorités en charge du centre étaient au courant de sa venue. Anarell avait quitté l'académie après sa courte rencontre avec Howl et avait trouvé la navette et le pilote devant l'académie. Un cadeau du ministre surement.  
Oldae se repositionna confortablement dans son siège et admira le paysage. Dromund Kaas était une planète morose, aux paysages monotones et désolés. Quitter la planète ne le dérangeait nullement, les paysages de Dromund Kaas le dégoûtaient, il n'y trouvait ni réconfort ni admiration, rien que du dégoût. La seule chose qui le gênait dans son départ était de quitter les intrigues politiques pendant un long moment. Il veillerait à s'entretenir des nouvelles le plus souvent possible notamment celles en rapports avec le conseil noir.
La navette arriva au centre une dizaine de minutes après qu'Oldae se soit entretenu avec le pilote. Le petit vaisseau s'immobilisa devant les remparts et le soldat sortit du vaisseau pour venir ouvrir au seigneur sith. Oldae sortit de la navette et s'étira. Le voyage avait mis ses articulations à rudes épreuves et ses côtes le lançaient encore. Il se redressa après quelques étirements et put enfin voir les imposants remparts qui se dressaient devant lui dans toute leur magnificence. Il se sentit bien insignifiant devant cette construction titanesque dont on ne parvenait pas à voir le sommet et se demanda qui avait pu être l'architecte d'une telle oeuvre. La proximité permit à Anarell examinait avec plus de précision la muraille. Elle était composée de duracier, probablement de grande qualité au vu de la finesse de l'acier qu'il pouvait observer. La muraille ne présentait aucune imperfection, aucune faille. Un véritable chef-d'oeuvre. Des tourelles automatiques individuelles étaient greffées à la construction à des intervalles réguliers.
Le pilote coupa Oldae dans son observation et vint se présenter devant lui. Il esquiva un petit salut et lui demanda de le suivre. Oldae emboita le pas du soldat. Celui-ci claudiquait légèrement de la jambe gauche, peut-être une blessure de guerre. Les deux hommes parvinrent jusqu'à l'imposante porte de duracier noire qui délimitait l'entrée du centre. La porte était à la même image que l'enceinte. Immense. D'une quinzaine de mètres de haut, la porte pouvait aisément laisser passer du matériel lourd comme des composants de vaisseaux. La lourde porte était étroitement défendue par une dizaine d'hommes lourdement armés ainsi que d'un sith en tenue intégrale. Une peau rouge. Oldae ne les aimaient pas, il les détestaient même. C'était un peuple orgueilleux, avare, cupide et idiot. Ils n'avaient jamais su tirer de leçons de leurs défaites passées, au contraire, ils restaient bornés dans leur complexe de supériorité. Le seul avantage qu'Oldae leur reconnaissait, était leur prédisposition pour la force tout bonnement extraordinaire. Le peau-rouge était un apprenti, Oldae pouvait le voir aux motifs sur ses tentacules. Celui-ci arborait un air suffisant, classique de son espèce, plein d'orgueil et de dédain. Oldae sut tout de suite que l'apprenti de l'appréciait pas, son regard en disait long sur sa pensée. Il n'appréciait pas qu'un humain dispose du grade d'inquisiteur et soit donc son supérieur.
Anarell et le soldat qui l'avait amené au centre, s'arrêtèrent à quelques pas du barrage de soldats. Le soldat s'avança jusqu'au sith et lui tendit une enveloppe avec le sot du ministre de la guerre. Le sith le brisa, lit rapidement le contenu de la lettre et la rendit au pilote. Il dévisagea longuement Oldae, le toisa de tout son long et l'examina du regard. Lorsqu'il eut terminé son inspection, il fit signe aux gardes d'ouvrir la porte. Les soldats s'exécutèrent et la lourde porte s'ouvrit en se rétractant dans les murs, dans un bruit sourd. Le sith fit signe à Oldae et au soldat de passer et les deux hommes avancèrent vers la lourde porte. Anarell put enfin apercevoir ce qui se profilait derrière l'enceinte. Bien que les murs ne suffisaient pas à cacher les croiseurs et les imposantes tours de contrôle, Oldae n'avait put apercevoir, haut loin, l'intérieur du centre. Il était comme dans son souvenir. Un vaste espace dans lequel s'entassait, l'un à côté de l'autre, les hangars des croiseurs et des frégates.   
Lorsqu'il passa devant l'apprenti, Oldae put apercevoir le regard du sith, plein de haine à son égard, de dédain et d'orgueil. Cela le mit hors de lui, il détestait être pris de haut par ces êtres prétentieux. Il hésita un moment puis finit par s'arrêter, il aurait pu se contenter de passer son chemin sans remarquer l'affront de l'apprenti mais il ne le ferait pas. Il allait apprendre à ce sang-pur qu'il lui devait le respect. Le respect dû à son rang et le respect dû à son écrasante supériorité.
Oldae s'arrêta à quelque pas de l'apprenti, se retourna et le toisa du regard. La coutume veut qu'un apprenti baisse le regard devant un seigneur sith, en signe de respect et d'obéissance, mais le peau-rouge refusa de détourner le regard. Au contraire, il tint celui d'Oldae. La tension monta rapidement et devint palpable entre les deux sith. L'air commençait à se rafraichir, signe que le côté obscur se manifestait autour des deux hommes. Les gardes ne savaient comment réagir, la confrontation semblait imminente entre les deux hommes mais ils ne pouvaient se permettre d'intervenir. Le pilote d'Oldae finit par prendre les devants sentant qu'un carnage allait arriver.

- Il suffit apprenti, baisse ton regard, il est ton seigneur ! s'écria le pilote.

Son intervention surprit tous les hommes présents. Tous le fixèrent, Oldae y comprit. Son audace et son courage forçait le respect, même si ceci se rapprochait d'avantage de l'affront que du courage. Oldae resta dubitatif devant la prise de parole du soldat. Oser parler à un sith, alors qu'il avait un grade inférieure. Il n'avait jamais vu ça. Le pilote en courait la peine de mort. Oldae se surprit à  apprécier cet homme, les hommes de courages se faisaient rares aujourd'hui.
Le peau-rouge, en revanche, n'accepta pas la remarque du pilote et se mit dans une rage folle. Il tendit sa main pour étrangler le soldat qui lui avait manqué de respect à l'aide de la force. Le pilote se souleva légèrement du sol. Alors que l'apprenti allait fermer son poing pour tuer sa victime, sa main s'immobilisa et refusa de se refermer.

- Apprends à rester à ta place peau-rouge, cette homme est sous ma protection, dit Oldae la main tendue, avant de refermer le poing.

Un craquement sinistre se fit entendre et le bras du sang-pur prit un angle inhabituel. Ce dernier s'écroula par terre dans un râle de douleur, sa main en état sur son bras brisé.
Le pilote retomba sur le sol et se frotta la gorge avant d'adresser un regard conciliant à Oldae. Les soldats, dubitatifs, ne savaient pas comment réagir face à la scène inhabituelle qui se déroulait devant eux. Qui devaient-ils suivre ? Leur chef ou leur supérieur ? L'un d'eux tenta d'aider l'apprenti à se relever mais Oldae l'arrêta d'un signe de la main. L'homme qui ne désirait pas s'opposer à la volonté de l'inquisiteur recula de quelques pas visiblement perdu.
Oldae s'approcha du sith, le saisit par le coup et le souleva du sol. Il planta son regard dans celui du peau-rouge tout en exerçant une pression manifeste sur la gorge de l'apprenti. Celui-ci essaya de se débattre en tentant de desserrer la main d'Oldae mais avec sa main blessé, il ne fit qu'énerver d'avantage le seigneur sith.

- Je pense que nous allons nous arrêter là, continua Oldae, continuant d'exercer une pression sur la gorge de l'apprenti.

- En effet, il serait bien, répondit un homme qui avançait vers le groupe, flanquait de deux gardes.

Oldae se retourna vers l'inconnu qui s'avançait, tenant toujours fermement d'une main le sang-pur. C'était un homme dans la soixantaine, maigre, d'un petit mètre soixante-dix. Sa chevelure blanche s'accordait avec ses yeux marrons. Il portait la barbe courte, comme il était en vogue dans la capitale. Oldae l'examina plus attentivement et comprit, à sa tenue, qu'il appartenait à la haute amirauté. Son uniforme noire parée d'épaulettes dorées et son képi large traduisaient son rang. Il lâcha l'apprenti qui tomba lourdement sur le sol et et salua l'homme lorsqu'il arriva à sa hauteur.

- Soldat, amenez l'apprenti à l'hôpital du centre et veillez qu'il y reste jusqu'à mon retour, dit l'homme en s'adressant à un des soldats présent, probablement le plus gradé.

Le soldat désigné fit signe à deux autres hommes de l'aider et saisit le sith sous l'épaule pour l'aider à se relever. L'apprenti emboita le pas des soldats sans émettre de contestations et sans même regarder Oldae. La pensée qu'il avait maté l'apprenti lui arracha un sourire.

- Excusez-moi de ne pas vous avoir accueilli en personne seigneur Oldae mais une tâche urgente m'attendait. Je suis l'amiral en chef Hackett en charge des flottes Épées. J'espère que cet impertinent ne vous a pas manqué de respect, dit l'amiral.

L'amiral en chef Hackett. La légende militaire de l'empire. Oldae fut surpris de rencontrer un tel homme.

- C'est un honneur amiral. Je suis enchanté de vous rencontrer en personne. Votre manœuvre lors de la bataille de Coruscant était tout bonnement extraordinaire. Réussir à percer les défenses républicaines aussi rapidement relève d'un exploit, répondit Oldae avant d'ajouter, il n'est rien pour l'apprenti, je me suis occupé moi-même de le punir.

Le sith admirait beaucoup cet homme. Bien qu'il ne l'est jamais rencontré en personne, il avait étudié à l'académie nombres de ses batailles pour s'inspirer de ses stratégies militaires. Ses exploits sur le champ de bataille en faisaient l'amiral le plus reconnu de l'empire. Au commandement des flottes Épées, il avait gagné de nombreuses batailles contre la république. Oldae se rappelait notamment d'une de ses batailles dans le secteur Arkanis où il avait défet une flotte républicaine en employant une formation en ogive. Formation risquée mais qui s'était avérée payante. La flotte républicaine avait entièrement était vaincue.

- Bien, veuillez me suivre seigneur Oldae, je vais vous conduire jusqu'à votre bâtiment, dit Hackett en lui faisant signe de le suivre vers une petite navette militaire qui se trouvait derrière l'épaisse porte de duracier.

Oldae se préparait à suivre l'amiral quand le pilote de sa navette le retint.

- Il est temps pour moi de vous laisser mon seigneur, dit le soldat.

Anarell aimait bien cet homme, il s'était opposé à l'apprenti alors qu'il savait ce qu'il risquait. Son courage méritait récompense.

- Quel est ton nom soldat ? répondit Oldae.

Le soldat parut surpris sur l'instant et répondit après un moment d'hésitation, au garde à vous.

- Lieutenant Duncan Idaho, ancien membre des forces spéciales impériales et maintenant affilié à la garde du ministre de la guerre, répondit à son tour le soldat.

Un ancien membre des Speforces, intéressant pensa Oldae. Il pourrait lui servir.

- Bien, tu seras lieutenant chef désormais, tu es promu, dit le sith.

Idaho ne su commment réagir aux paroles du sith et parut décontenancé sur le moment. Il commença à parler et s'arrêta aussitôt. Oldae profita de son moment de réflexion pour le détailler avec plus de précision. Il portait ses cheveux bruns à mi-hauteur jusqu'à la nuque. Son visage carré ressortait avec le bleu de ses yeux et le tain légèrement matte de sa peau. Ses épaules larges témoignaient de muscles puissants forgés pour le combat. Il arborait une cicatrice derrière le cou, longue estafilade d'une dizaine de centimètres.

- C'est un grand honneur mon seigneur mais je ne puit accepter, je suis au service du ministre aujourd'hui et bien que je vous doive la vie, mon devoir me dicte de rester auprès du ministre, finit par dire Duncan.

Couplé d'un sens du devoir invétéré pensa Oldae, une perle.

- Et bien maintenant tu es à mon service, ordre direct de l'inquisition, répondit aussitôt Anarell avant de repartir vers la navette où l'attendait l'amiral.

Idaho resta incredule devant la rhétorique du sith, visiblement il ne pouvait pas s'opposer à un ordre d'inquisition, cela venait à désobéir au conseil. Aussi finit-il par lui emboiter le pas. Les deux hommes rejoignirent la navette où les attendait l'amiral. Oldae monta au côté d'Hackett à l'arrière tandis que Duncan montait à l'avant avec le pilote. Lorsque les deux hommes furent grimpés dans le véhicule militaire, la navette s'ébranla et prit la direction de l'Arcadia.
Oldae pouvait voir les croiseurs qui s'alignaient les uns à côtés des autres, fiers seigneurs de guerre en partance pour les frontières de l'empire. Il comprit enfin la présence de l'amiral en chef lorsqu'il aperçu l'emblème qu'arborait les vaisseaux. Une épée, le symbole des flottes Épées de Hackett. Ces vaisseaux devaient être ceux qui s'étaient battu à Coruscant et qui venaient embarquer leur nouvelle équipage après leur réparation en orbite.
Spectacle impressionnant dont Oldae se souviendrait longtemps. Les vaisseaux étaient flanqués d'importantes passerelles sur lesquels Anarell pouvait voir des centaines d'hommes s'affairaient aux travaux de maintenance. Ingénieurs, mécaniciens, soldats. Ces hommes témoignaient de la rigueur éducative de l'empire.
Un silence s'installa dans la petite navette. À l'avant, le pilote se concentrait sur sa conduite tandis que Duncan observait les imposants vaisseaux qui défilaient de chaque côtés de la navette. L'amiral finit par briser le silence.

- Que pensez-vous de l'empire, seigneur Oldae ? demande l'amiral.

Le sith resta un moment pensif devant la question de l'amiral. Que pensait-il de l'empire ? Bonne question. Beaucoup de choses certainement mais toutes n'étaient pas bonnes à dire.

- Parlez en toute sincérité, j'ai passé l'âge de colporter à qui veut l'entendre les secrets des uns et des autres, dit l'amiral comme si ce dernier avait lu dans les pensées d'Oldae.

Oldae avait envi de croire cet homme, il lui inspirait confiance. Pourquoi, il ne saurait le dire. Son enseignement lui dictait de ne faire confiance à personne et à lui-même en premier mais cet homme avait une sorte d'aura qu'Oldae ne parvenait pas à décrire, à interpréter. Un comportement qu'il ne parvenait pas à décrypter. Cela le mit mal à l'aise, chose rare.

- Je pense beaucoup de choses de l'empire, des bonnes choses et des mauvaises choses. L'empire est une société organisée, stricte mais droite, impartiale mais juste, forte mais fragile. Elle privilégie la réussite au sang et cela est une bonne chose. Bien que nous soyons basés sur une société de caste, la réussite professionnelle a toujours primé sur les liens du sang. Mais ce système de caste est aussi sa plus grande faiblesse. Son système est gangréné de l'intérieur par ceux qui veulent s'attirer les grâces de l'empereur et conserver leur pouvoir. Le conseil noir en est l'exemple. Nous aurions gagné la guerre depuis bien longtemps si les conseillers noirs avaient cessé de se livrer à leurs querelles de pouvoir. Cela n'est pas valable qu'au sein du conseil mais dans toutes les sphères de la société, répondit Oldae.

La réponse d'Oldae fit sourire le vieil homme. Son sourire souligna ses rides et l'usure du temps qui marquait les pommettes de son visage. Il qui s'apprêtait à lui répondre quand la navette s'immobilisa.

- Et bien, il semble que nous devrons terminer cette discussion une autre fois seigneur Oldae, dit l'amiral qui s'était ravisé.

- En effet, j'en serais ravi, répondit Oldae.

- Venez, je vais vous présenter à l'amiral, dit l'amiral en chef qui sortait de la navette dans le même temps.

Oldae sortit à son tour et put voir l'Arcadia de ses propres yeux. L'imposant Harrower se dressait devant lui, immense monstre de métal lourdement armé, sur lequel se dressait des séries de tourelles et de canons principaux. Oldae trouvait ce genre de vaisseaux magnifique, un modele de technologie impériale. La forme caractéristique de son avant le rendait encore plus impressionnant que dans son souvenir.
L'inquisiteur suivit l'amiral, suivi de près par Duncan, jusqu'à l'entrée de la passerelle qui les mènerait jusqu'au sas d'embarquement. L'entrée du vaisseau était encadrée par une centaine d'hommes, en armures, qui formaient un couloir jusqu'au sas d'embarquement. Juste devant se tenait une dizaine d'hommes en tenues d'officiers. L'amiral s'arrêta devant le groupe d'officiers qui le saluèrent respectueusement.

- Voici l'amiral Anderson, un ancien capitaine promu amiral depuis la bataille de Coruscant. Vous pouvez avoir toute confiance en lui, il a servi sous mes ordres, j'ai rarement connu d'hommes aussi qualifié que lui, dit Hackett en présentant un grand officier d'une cinquantaine d'années. Il arborait une calvitie naissante qui contrastait avec ses cheveux grisonnants.

- Enchanté seigneur, je suis l'amiral Tom Anderson, capitane de l'Arcadia, se présenta l'officier en saluant le seigneur sith.

L'homme semblait de confiance, son regard exprimait un profond respect pour Oldae et l'amiral Hackett, et son salut semblait sincère.

- De même amiral, le vaisseau est-il prêt pour le départ ? demanda Oldae.

L'homme afficha un sourire satisfait.

- Tout est prêt mon seigneur, l'équipage a embarqué hier et le vaisseau a fini d'être vérifié ce matin, nous sommes fin prêts pour le départ, répondit l'amiral Anderson sans masquer son contentement.

L'homme semblait sérieux, Oldae appréciait cela. Il pourrait compter sur Anderson si le moment se faisait savoir.

- Bien amiral, préparez-vous à décoller immédiatement. J'inspecterais personnellement le vaisseau lorsque nous serons en orbite. Et convoquez-moi les officiers pour une réunion en fin de soirée, j'aimerais entretenir avec eux personnellement, dit Odae.

- À vos ordres mon seigneur, répondit aussitôt Anderson, quelque peu surpris par la requête du seigneur, avant de saluer l'amiral en chef et de pénétrer dans le vaisseau avec les autres officiers présents.

Oldae attendit que les officiers soient rentrés dans le vaisseau pour saluer à son tour l'amiral en chef.

- Amiral, si vous le permettez. J'espère que nous pourrons continuer notre discussion une autre fois, dit Oldae après avoir salué l'amiral.

- Je l'espère aussi, au plaisir de vous revoir, répondit Hackett

Oldae salua l'amiral d'un salut miliaire et prit congé de lui. Son vaisseau l'attendait. Il lui fallait partir pour sa mission de Rakata Prime. Oldae s'engouffra dans le vaisseau suivit par Duncan et les centaines de gardes qui attendaient son arrivé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Centre militaire de Dromund Kaas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La soif de Dromund Kaas (PV Zora Shaar-lâ)
» Creil, centre de la drm ( direction du renseignement militaire)
» [Continent Nord] Centre d'Architecture militaire
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Protocole d’entente sur le centre des Cayes (EDH)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star wars forum :: Second Empire Noir des Sith :: Dromund Kaas-
Sauter vers: