AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Camp de la coalition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Camp de la coalition   Sam 17 Déc - 12:28



Dark Oldae




Partie IV

Chapitre VI: La bataille de Sundari [-3653]

Sundari était un grande cité à la couleur de nacre. Cerclée d'un grand rempart puis d'un second une centaine de mètres plus loin laissant les faubourgs et les résidences du bas-peuple derrière le premier et les quartiers riches et marchands à l'abri du second, Sundari siégeait fièrement au milieu d'une grande plaine vallonnée, à l'est et au sud d'une petite chaîne de montagnes sombres. Rappelant Ariana, le capitale planétaire était elle-aussi bâtie sur une colline et les grands bâtiments blancs grimpaient fièrement vers le ciel, pareils des cubes de marbres blancs. Alors que l'on observait la ville de son extérieure, et probablement aussi de son intérieure, trois structures attiraient l'attention de l'oeil inconnu. Au centre de la ville, de grandes tours reliées en leur sommet par une passerelle présentaient vers le sud des étendards rouges vifs d'une trentaine de mètres de long où apparaissaient deux lignes parallèles avec, en leur centre, une sorte de cercle fracturé en son milieu, l'emblème du schisme, symbole de la rupture avec la vision de Mandalore le Justifié. Les deux tours reliées n'étaient autre que le grand palais de Sundari, transformé en Q.G par l'occupation du schisme du combattant. Non loin à l'est du palais, un grand pont partait de deux autres tours, elle-aussi reliées en leur sommet mais plus petites, pour rejoindre le deuxième ligne défensive où une immense tour y était imbriquée, de trois fois la taille du rempart. En réalité, ce qui apparaissait comme un pont qui passait à une dizaine de mètres au-dessus des quartiers marchands était un ensemble de batteries DCA et de canons lourds habilement positionnés. La tour qui était jointe au pont était la source d'un générateur de bouclier qui recouvrait toute la ville, comme pour la forteresse de Ruusan. Le troisième bâtiment que toute personne qui observait la ville aurait remarqué était à l'extrêmement nord. Il s'agissait d'un carré formé par quatre tours identiques à celle du palais avec une cinquième tour, plus petite, qui était accrochée à la tour sud-ouest. Les tours, séparées entre elles par quelques huit cents mètres de passerelle, abritaient en leur centre le dernier vaisseau du schisme du combattant, un vaisseau de combat de classe Kyramud. Une vieille bicoque survivante des guerres mandaloriennes, trop endommagée pour servir dans l'armada du schisme mais suffisamment en état pour décoller et permettre l'évacuation de plus de 2 000 hommes.
La plaine qui encerclait la ville était pourvu, au sud de la ville, non loin de la porte principale, d'une faille qui descendait dans la terre à une dizaine de mètres de profondeur, suffisamment large à certain moment pour permettre le passage d'une centaine d'hommes alignés, et suffisamment fine à d'autres pour n'en permettre qu'à quinze de passer. La faille fendait la plaine de la ville jusqu'aux montagnes du sud, établissant un véritable couloir naturel dans laquelle une armée pouvait s'engouffrer.

Oldae observait la plaine et la cité qui y siégeait au centre depuis un promontoire naturel taillé par les aléas climatiques dans la falaise elle-même. Voila dix jours qu'il était arrivé sur Sundari avec l'armée du Mandalore, se contentant d'encercler la ville dans un rayon d'un kilomètre pour empêcher quiconque d'y rentrer ou d'en sortir. Tout autour de la ville, des installations militaires avaient été implantées dans la plaine, pourvue pour certaines des boucliers localisés et de batteries lourdes. Quelques 30 000 hommes encerclaient la ville d'Ariana depuis plus d'une semaine. Le ciel et l'espace était entièrement sous contrôle. Des croiseurs dardaient en permanence leurs capteurs et leurs batteries sur la place-forte du schisme tandis que la chasse de la coalition attendaient de décoller à six kilomètres de la ville, dans des installations spécifiques. Un véritable siège d'usure.
Le schisme avait choisi de prendre parti du temps qui lui était imparti pendant les attaques menées sur les autres planètes et avait profité de la faible intensité du bombardement orbital pour rallier toutes ses troupes dans la ville de Sundari. Quelques 66 000 hommes étaient à l'abris des attaques de la coalition derrière un bouclier et un double rempart. Cela contrariait d'ailleurs le Sith. Son ennemi était à l'abris à l'intérieur d'une des places-fortes les plus impressionnantes de la galaxie, quasiment imprenable. Le bouclier localisé laissait pour seul choix une attaque directe sur les remparts mais le rapport de force était trop en leur défaveur.
Oldae avait profité des jours de siège, à attendre l'arrivée du général Terold et du capitaine, pour établir un plan d'attaque. Il n'aimait pas tellement son plan, il jouait tout sur une seule attaque et dont les facteurs étaient des plus aléatoires. Mais il n'avait pas réellement d'autre choix, il n'avait pas envi de faire le siège de la ville pendant plus d'une année.

- Mon seigneur, la flotte du général Terold et du seigneur Erebus sont arrivées, prévint une voix dans le communicateur d'Oldae, sortant ce dernier de sa contemplation.

- Bien, convoquez tous les officiers dans la tente de commandement, je les y attendrai, répondit le Sith.

- A vos ordres, mon seigneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veers

avatar

Faction : Empire
Messages : 515
Date d'inscription : 11/04/2016

MessageSujet: Re: Camp de la coalition   Sam 17 Déc - 16:07

Dark Erebus



Le Ralroost émergea de l'hyperespace, juste dans l'orbite de la planète, la dernière planète du schisme était devant eux, le dernier bastion des rebelles tomberait bientôt. Erebus pris une navette pour rejoindre la surface Oldae l'y attendait. La navette fila dans l’atmosphère et après être passé à pleine vitesse juste au dessus du camp s'y posa.
Il descendit de la navette suivie par Leo et Oriane, cette dernière étant toujours importunée par Leo qui n'avait de cesse de l’embêter surtout les points possibles et imaginables, un véritable enfant digne successeur de son pauvre maître.
Erebus arriva au camp et aperçu Oldae discutant avec les autres officiers présents sur place, Erebus lança la tête du défunt commandant mandalorien qui décrivit une parfaite trajectoire en cloche avant de tomber aux pieds du sith.

-Mission Accomplie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Re: Camp de la coalition   Dim 18 Déc - 18:19



Dark Oldae




Partie IV

Chapitre VI: La bataille de Sundari [-3653]

Le Sith arriva devant la tente de commandement quelques instants après avoir été averti de l'arrivée de Styneth et du général Terold mais fut arrêté par le Mandalore avant de pouvoir rentrer.

- Seigneur Oldae, avez-vous quelques instants à m'accorder ? demanda le Justifié qui venait vers lui, vêtu de sa grande armure d'or et de pourpre.

Le mandalorian semblait fatiguer, des cernes noires se dessinaient sous ses yeux marrons et creusaient sa peau sombre. La bataille de Thaere avait dû être éprouvante, Oldae n'avait pas encore eu l'occasion de revoir Ilis mais il se doutait bien que la jeune femme devait être fatiguée, elle-aussi. Les rapports qu'avaient reçu Oldae ces derniers jours témoignaient d'affrontements violents pour défaire les dernières forces du schisme du combattant sur Thaere.
Mais même si il semblait fatiguer, le Mandalore n'en montrait rien. Au contraire, il présentait un large sourire. La guerre tournait en son avantage, dès la bataille de Sundari gagnée, il serait le maître incontesté de l'empire mandalorian. Tous ses détracteurs seraient forcés de courber l'échine devant lui une fois que la tête de Cadera sera tombée. Restait-il à gagner cette bataille, ce qui n'était pas une mince affaire en soit.

- Je vous en pris, Mandalore, accepta le Sith qui se retourna pour faire face à son interlocuteur. Que puis-je pour vous ?

Le mandalorian parcourut la distance qui le séparait du Sith en quelques foulés et se planta devant lui. Le Justifié était bien plus grand qu'Oldae et le dépassait d'au moins une tête, obligeant le seigneur noir à lever les yeux lorsqu'il parlait au géant mandalorian.

- Prêt à en finir avec cette guerre, seigneur Sith ?

- Je crains ne pas avoir d'autre choix, seigneur, lui répondit le Sith. Malheureusement, pour moi comme pour vous, quand nous sommes ici, nous ne pouvons pas surveiller les conspirateurs qui agissent dans l'ombre de nos sillages. Et les dieux savent combien ils sont nombreux.

- Vous semblez avoir beaucoup d'ennemis, seigneur Sith, remarqua le Justifié.

- Plus que je n'en voudrai malheureusement.

- Moi, mes seules ennemis sont dans cette cité, dit le Mandalore en pointant du doigt les tours carrées qui se dessinaient au loin. Et bientôt, leurs têtes seront au bout d'une pique, j'en fais la promesse.

- Je l'espère de tout coeur, seigneur, de tout coeur, approuva Oldae. Mais la victoire sera difficile, ce bastion est imprenable avec autant d'hommes à l'intérieur.

- En effet, je viens d'avoir accès aux plans de la ville, il n'y a aucune faille dans ce bastion. Je ne sais pas comment Cadera est parvenu à prendre possession de cette forteresse mais c'est une sacrée épine dans notre pied, dit le Justifié. Vous avez un plan ?

- Je pense, mais j'ignore si il fonctionnera, acquiesça le Sith.

- Ne vous inquiétez pas, mon seigneur, la victoire nous appartiendra bientôt, assura une nouvelle voix, derrière le Sith. J'ai confiance en nos troupes et en nos capacités.

- J'aimerai partager votre confiance, général Terold, répondit le seigneur noir à l'homme qui arrivait derrière lui.

Le général rejoignit le Sith et le Justifié, et les salua respectueusement. Sa veste d'officier habituellement propre était couverte de terre et sa barbe soigneusement entretenue à l'accoutumé n'avait pas vu la lueur d'une lame de rasoir depuis plusieurs jours.

- Suis-je au retard ? demanda Terold.

- Ne vous inquiétez pas le seigneur Erebus vient juste d'arriver lui-aussi, répondit Oldae en se tournant vers l'allée.

Dans l'allée qui menait à la tente de commandement s'avançait le capitaine, une tête à la main, qu'il lança dans les airs. La tête réalisa une courbe en cloche et atterrit aux pieds du Sith avant de rouler et de buter jusqu'à l'un de ses pieds.
Oldae regarda la tête roulée jusqu'à ses pieds, sous les regards interrogateurs du général et du Mandalore, qui ne tarda pas à reconnaitre le possesseur de cette tête.

- Ilmor'en, murmura le Justifié en voyant la tête. Ou l'a t'il eu ?

- Sur Ruusan, je lui ai demandé de ce débarrasser de cet homme, il était le commandant de la forteresse de Ruusan, répondit Oldae.

Le Sith fit signe à un garde de prendre la tête pour s'en débarrasser. Le malheureux qui dû s'en occuper saisit la tête avec une délicatesse exagérée, comme si il craignait qu'elle lui saute au visage et s'éloigna des pontes, une moue de dégoût au visage.

- Félicitations, capitaine, le félicita Oldae. J'imagine que ce fut une partie de plaisir ?

- Totalement, une véritable partie de plaisir, répondit Styneth avec un soupçon d'humour dans la voix.

- Bien, dans ce cas, c'est une excellente nouvelle. Allons-y, les autres officiers nous attendent à l'intérieur, dit le Sith en entrant dans la tente de commandement, suivi par les trois autres hommes.

Oldae rejoignit la table centrale sur laquelle un holoprojecteur était installé et l'alluma, projetant une image de la ville et de ses alentours. Une dizaine d'officiers étaient présents dans la tente, ceux de l'amirauté, des forces terrestres et les quatre autres Sith au service d'Oldae.

- Voici Sundari, un double rempart, un bouclier localisé et 64 000 hommes, commença Oldae. Un véritable bastion imprenable, aucune faille dans sa sécurité. Voilà dix jours que je m'affaire à trouver une stratégie qui nous permettra de faire tomber cette ville et je pense à être parvenu à trouver une solution. Je commencerai cependant avant toute chose par préciser l'état actuel du schisme du combattant.
Les forces de Cadera sont enfermées dans cette ville, soit 64 000 hommes auxquels viennent s'ajouter près de 126 000 civils. Nos forces sont positionnées dans un rayon de un kilomètre autour de la ville, retranchées dans des positions défensives sous le couvert de notre flotte, de notre artillerie et de notre chasse. Si le schisme tente une sortie, il se fera immédiatement pulvériser, ses forces s'heurtent à des places-fortes, des bunkers et à des tranchés défensives, le tout sous le couvert d'une flotte, d'une artillerie et d'une chasse qui n'attendent que le moment où ils sortiront pour les pulvériser. En clair, le schisme est coincé, si il sort, il perd. Mais à l'inverse, nous aussi sommes coincés. Nous sommes en infériorité numérique. Pour prendre une ville, il faut au moins être le double des défenseurs, le triple étant l'idéal. Nous n'avons pas la moindre chance de prendre la ville par une attaque directe. Par conséquent, notre seule solution est d'attendre et d'affamer les défenseurs jusqu'à ce qu'ils sortent. Mais il y en a pour plusieurs mois, voir années. Le schisme le sait et il compte bien profiter de ce délais pour se préparer et élaborer un plan. En clair, même si nous attendons, il est probable que la victoire nous échappe. D'autant que nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre plusieurs mois, les raisons sont pratiques comme théoriques.
Notre seul moyen de gagner est d'obliger l'armée du schisme à sortir de la ville et nous allons le faire.

- Comment comptez-vous vous y prendre ? demanda le Mandalore.

- Qu'est ce que veut le schisme actuellement ? demanda Oldae. Pouvoir vaincre notre armée sans s'exposer à notre flotte, notre artillerie et notre chasse. Et c'est ce que nous allons faire, nous allons remplir toutes les conditions pour que le schisme sort.

- Comment ? s'étonna Terold. Il sera difficile d'obliger le schisme à quitter les défenses de sa forteresse.

- Nous allons masser notre armée devant la porte sud, 45 000 hommes, et nous attendrons. L'ennemi n'aura qu'à sortir et pour voir une armée entière à cinquante mètres de la grande porte, répondit Oldae.

- Vous voulez affronter 64 000 mandalorians avec 45 000 hommes, au corps à corps ? demanda le Justifié. C'est de la folie, nous n'avons pas la moindre chance, nous serons massacrés.

- Justement, c'est le but. Il faut obliger le schisme à sortir. Nous allons lui offrir notre armée et ses généraux, sans qu'ils soient menacés par la chasse et la bombarde. Nous leur offrons la victoire. Ils se douteront qu'il y a un piège, et il y en aura un, mais ils ne pourront pas se permettre de louper cette chance. Toutes les chances sont de leur côté, la victoire ne peut pas leur échapper. Cadera sait que si il tue le Mandalore, quelques soient les sacrifices, la Grande Traque s'achève et la révolte aura gagné. Par la même occasion, il pourra prétendre au titre de Mandalore à son tour, assura Oldae.

- Et où est le piège ? demanda le Justifié.

- Là, et là, dit Oldae en montrant tour à tour la grande faille au sud de la ville et le Kyramud dans la ville. Lorsque nous engagerons le combat, une troupe d'élite s'infiltrera dans la ville en reprenant la ruse de Styneth, des hommes passeront à travers le bouclier à une vitesse qui se voudra minutieusement calculée. Pour cela, nous équiperons nos hommes de jetpack afin d'adapter leur vitesse et de ne pas avoir à passer par les rues. Notre unité d'élite n'aura qu'à pénétrer dans le Kyramud, prendre le contrôle de la passerelle au moment où les combats feront rages et où la sécurité sera à son plus bas niveau et faire décoller le Kyramud.

- Pour ? demanda Terold.

- Là, indiqua le Sith en montrant l'endroit où devrait se trouver les affrontements.

- Vous voulez écraser l'armée du schisme avec son propre vaisseau, je vois, approuva Terold. Mais nos troupes seront aussi en-dessous, elles n'y réchapperont pas, elles seront prises dans la débâcle.

- J'y viens, général, le rassura Oldae. Alors que le Kyramud commencera à décoller, nous sonnerons la retraite. Notre chasse frappera alors les premières lignes de front ennemies, séparant les deux armées d'une centaines de mètres dans l'idéal. Nos forces se lanceront alors dans la faille. C'est là que le piège va arriver. Notre chasse, notre bombarde spatiale et terrestre ouvriront le feu sur l'armée du schisme mais en des poins méticuleusement choisis, les lignes arrières et les flancs. Le but va être d'obliger le schisme de s'engouffrer dans la faille, l'obliger à en finir avec nous. Nous aurons déjà subi de lourdes pertes et le schisme sera persuadé que nous sommes en déroute, aussi il nous prendra en chasse et, inconsciemment, il sera guidé dans notre piège.
La distance qui séparera les deux armées nous permettra de nous engouffrer les premiers dans la faille et, ici, nous les arrêterons (Oldae montra du doigt une passe de la faille). Ici, à l'endroit le plus étroit de la faille, 300 lames les attendront. Dans un endroit, une trente hommes peuvent à peine passer alignés. Ces 300 hommes seront sensés tenir toute l'armée ennemie en échec pour permettre de creuser le distance avec notre armée. Et lorsqu'elle sera suffisamment éloignée, le Kyramud pourra tomber sur le schisme et éradiquer son armée sans toucher la notre.

- Mais les 300 hommes qui seront dans la faille seront pris dans la chute du Kyramud, ils risquent d'y rester, si ils ne meurent pas avant face à autant d'hommes, releva Terold.

- En effet, il s'agira de nos 300 meilleures lames. J'en ferai parti, mes Sith et ma garde personnelle aussi. Le seigneur Erebus fera aussi parti des 300 lames. Le reste des lames sera choisie parmi les commandants de corps, ils sont les plus à même de choisir les meilleurs combattants qui sont sous leurs ordres, indiqua Oldae. Il est certain que ses 300 lames risquent d'y rester, c'est même fort probable. Mais nous avons besoin de nos meilleurs soldats pour tenir cette passe, le sacrifice de 300 hommes vaut largement celui de plus de 40 000 hommes.

- Je viens aussi, s'écria le Mandalore.

- Non, vous, vous mènerez notre armée face à Cadera, refusa le Sith. Vous êtes le symbole de la Grande Traque, vous devez vivre, si vous mourrez tout s'écroule, toute cette guerre n'aura servi à rien. Vous vous devez vivre.

- Je ne peux pas laisser mes hommes mourir seuls, ragea le Mandalore. Je suis Mandalore le Justifié, le plus puissant des mandalorians, je ne peux pas fuir.

- Le général Terold ne pourra pas mener la grande armée tout seul, il aura besoin de vous. Les 300 lames attendront en retrait dans la passe, ni moi ni les Sith ne pourront diriger de là-bas, seul vous pouvez le faire.

Le Mandalore hésita à répondre mais s'y refusa, il avait bien compris la situation. Les autres personnes présentes aussi.

- Tu risques d'y mourir aussi, Oldae, nota Ilis. Tu es le chef de notre armée, si tu meurs cette guerre n'auras servi à rien pour nous.

- Ma vie n'est pas nécessaire pour que le traité d'alliance soit signé, le Mandalore tiendra parole si je meurs. Dès lors, mes hommes recevront les distinctions nécessaires pour avoir participé à cette guerre. Quelqu'un a une autre remarque à faire ?

Silence. Un lourd silence ligne de consentement.

- Début de l'opération dans trois jours !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veers

avatar

Faction : Empire
Messages : 515
Date d'inscription : 11/04/2016

MessageSujet: Re: Camp de la coalition   Lun 19 Déc - 5:53

Dark Erebus



Erebus masqua son scepticisme derrière son masque, le plan était loin de le satisfaire mais il ferait avec. Étrangement il ne souhaitait pas en débattre, le fait que la vie d'Oldae et surtout d'Ilis soit mise en danger de la sorte le frustrait mais il n'en laissa rien paraître, du moins ne apparence, sous son masque son visage arborait une expression de visage proche de la colère et de l'indignation. Oldae ne le remarqua pas mais Ilis si, elle le regarda un moment comme pour décrypter ses pensées sans trop de succès. Erebus se tourna et quitta la tente se contentant d'hocher la tête avant de sortir. Il entendit des voix derrière lui tandis qu'il croisa Vada'mee dehors les bras croisés qui l'attendait probablement, adossé à une vieille barrière en bois. Il avait son casque à ses pieds laissant apparaître son visage, un brun aux yeux bleus, un cigare à la bouche, le visage fier. Erebus compris rapidement, il avait été désigné pour aller dans la faille lui aussi.

-Vous irez dans la faille vous aussi hein? lui dis Erebus un peu dépité

-Oh que oui démon, j'ai hâte, la gloire nous attend là bas!

-Surtout la mort qui nous attend, c'est stupide et suicidaire.

Le visage de Vada'mee changea, passant de la fierté à la stupeur.

-Étrange que cela vous déplaise, vous aimez prendre des risques avec vos hommes vous aussi, c'est ce qui fait votre talent.

-Les risques que je prend son calculés, et garantissent une victoire sans effusion de sang de notre coté. Ça c'est juste de la folie! C'est stupide!

Erebus s'avança à coté de Vada'mee s'accoudant sur la barrière, dos au reste du camp.

-Vous en faites pas je survivrais Démon j'ai eu un bon maître en la matière.

-Ouais si vous le dites, espérons que votre maître ait pas une soudaine envie de coller une putain de gifle à Oldae, ou non au Mandalore tiens!

La visage de Vada'mee changea du tout au tout dans la confusion il fis même tomber son cigare avant de se tourner vers Erebus choqué.

-Cet idiot est pas foutu de gagner une putain de guerre avec des gens comme vous sous ses ordres, c'est un idiot fini, vous mériteriez de commander cette armée, pas lui.

-Euh Seigneur il faut que...

-J'insiste, vous au moins vous savez gérer des hommes, et me dites pas qu'il avait moins de troupes parce que vous aussi vous aviez moins d'hommes sur Charros et sur Ruusan! Cet idiot mérite tout juste d'être en première ligne! J'ai perdu 120 hommes de mon vaisseau parce que cet idiot était un incompétent. Mais vous en faites pas, il aura pas tout l'honneur de la chose, vous aurez le droit au sabre de Cadera, vous le méritez pas lui.

-Oh misère...

-Quoi?

-Si il apprend que j'ai littéralement tout les katana lasers de ses ennemis je suis soit mort soit déclaré ennemi public si je refuse de les lui donner.

-Vous pourrez toujours venir sur le Ralroost vous savez qu'il y aura toujours de la place pour vous et 120 de vos hommes.

-J'y penserais merci démon.

-Vous êtes amis avec lui?

-Non, pas vraiment, disons que mon père n'était pas vraiment de son avis quand à la conduite que devait avoir l'Empire, et aujourd'hui son corps est divisé en deux dans l'espace près de Mandalore. C'est comme ça que les conflits se règlent, mon père a été moins fort et il l'a payé. Je suis là pour racheter l'honneur familial.

-Vous êtes sur que vous voulez pas devenir le nouveau Mandalore? Vous savez je peut très bien m'occuper du "Justifié", un malencontreux coup de sabre bien placé et hop c'est fini vous êtes le boss.

-Ça ne marche pas comme ça Démon tristement.

-Bof si vous voulez je peut m'occuper de vos rivaux aussi. Sérieusement le jour ou vous rêverez de plus grand, je serais là Capitaine pensez y, un jour je ne serais plus la marionnette d'Oldae et je pourrais agir comme je l'entend, ce jour là, si vous souhaitez prendre le pouvoir, je serais là pour vous aider.

-Merci démon, mon père sera vengé un jour. Pour l'heure mon ennemi est Cadera et je le réduirais au silence.

-Si nous survivons à cela la guerre prendra fin... Vous deviendrais le commandant du bataillon fantôme, 2500 hommes et Nekhgoules à votre service exclusif. Je veillerais à ce que ces hommes vous soient réservés.

-C'est un trop grand honneur Démon.

-Gardez les Nekhgoules avec vous, ces lézards sont d'une efficacité surprenante, si vous parvenez à vous procurer un Kandosii ou un Kyramud, ça vous fera une force puissante et vous pourrez caler tout le monde dedans, je vous filerais des droïdes de guerre Rakatas aussi.

-Comment je me les procurerais?

-Avec tout les sabres laser que j'ai croyez moi une fois revendus vous aurez de quoi faire.

-Merci Démon, merci pour tout, je vous laisse, on se verra sur le champ de bataille.

-Bonne soirée Capitaine, rappelez vous, traitez vos hommes comme vous traiteriez vos enfants et ils vous suivront jusqu'en enfer.

Le Capitaine partit laissant Erebus seul à contempler la paysage devant lui, de vastes plaines vertes, comme chez lui... Sur Corellia. L'échéance vers la mort de Jadus approchait, et avec elle viendrais l'indépendance d'Erebus vis à vis d'Oldae... Il commençait à mettre de cotés ses pions pour la suite, ses projets sur Rhen Var et un éventuel soutien de Vada'mee par exemple. Il ne connaissait pas exactement le système mandalorien mais il espérait faire arriver Vada'mee au pouvoir afin de faire de l'Empire mandalorien un allié fidèle. Il serait toujours lié à Oldae de par les 25 éliminations à accomplir mais c'est tout, il serait pleinement indépendant pour le reste. Il disposait des 3 jedis cryogénisés, de milliers de droïdes à son service et surtout d'Oracle ainsi que des dépouilles intactes du défunt Capitaine Eclipse et du maître Marek. Il avait de grands projets pour eux et Oracle serait la pièce maîtresse de son nouvel Empire. Ses légions de droïdes de guerre balayeraient bientôt ses ennemis et ceux qui se mettraient en travers de ses ambitions. Bientôt le Démon, le spectre ou le Fantôme comme les gens voudrons bien l'appeler, aura des statues en son effigie qui crèveront le ciel et marquerons l'éternité à jamais.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veers

avatar

Faction : Empire
Messages : 515
Date d'inscription : 11/04/2016

MessageSujet: Re: Camp de la coalition   Lun 19 Déc - 16:18

Dark Erebus



Erebus avait fait rassembler les 2800 hommes du bataillon fantôme dans une grande plaine verdoyante près du camp, il avait trouvé une petite hauteur sur laquelle et il se tenait, surplombant ses fidèles soldats. Il leur parlait depuis de très longues minutes déjà, il leur expliquait le plan de la bataille qu'il avait prévu. Il placerais ses hommes sur les hauteurs de la faille afin de pilonner les forces du schismes depuis les hauteurs et ainsi nettement réduire leur nombre. Bien évidemment il comptait le faire qu'Oldae soit d'accord ou non, ces hommes se replieraient avant l'impact du vaisseau afin de limiter les pertes au maximum, de toute façon après la chute de ce dernier, rien de resterait des environs. Riley était couché à ses pieds observant la scène, silencieux, lui n'en avait que faire, c'est à peine si il comprenait la situation, il resterais avec le bataillon pendant la bataille au cas où, peut être qu'il y aurait quelques hommes du schisme à dévorer là haut.

-Aujourd'hui est un grand jour, aujourd'hui nous somme face au dernier bastion de nos ennemis. Comme toujours nous vaincrons et nous écraserons nos ennemis!

-Conformément à notre rang, tous sans exception!

-Sur le sang de nos pères sur le sang de nos fils, nous avons jurés de revenir victorieux!

-Même s'il nous faut mourir!

-Ceux que nous affrontons sont les derniers vestiges du schisme du combattant, ils ne méritent ni clémence ni pitié!

-Nous en ferons de la poussière!

-La gloire n'attend pas les faibles ni les incompétents, nous écraserons leur résistance et leur mental et le schisme disparaîtra de la main sombre du bataillon Fantôme!

-Ouais!! Rétorquèrent les troupes gonflés à bloc.

-Rappelez vous de ce jour car l'histoire ce souviendra de vous, lorsque la furie du Démon et de ses hommes se seront abattus sur le schisme il n'en restera rien, nous rentrerons en héros, en légendes! Et débutera pour nous une ère de Sang et de gloire!!!

-Nous serons des légendes gravés dans le marbre pour l'éternité!

-Bataillon Fantôme savourez ces jours de calme, car ils masquent une tempête dont nous serons le cœur! Soyez digne, soyez fort et revenez victorieux! Préparez vos armes et armure, la guerre approche.

Les soldats s'inclinèrent devant Erebus et tous scandèrent son nom en chœur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Camp de la coalition   

Revenir en haut Aller en bas
 
Camp de la coalition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Decors : Aide de Camp ?
» Attaque d'un camp orque
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star wars forum :: Empire Mandalorian :: Sundari-
Sauter vers: