AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Dominator

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Veers

avatar

Faction : Empire
Messages : 515
Date d'inscription : 11/04/2016

MessageSujet: Le Dominator   Mar 22 Nov - 2:10

Dark Erebus



Erebus avait passé la nuit dans le laboratoire, occupé à travailler, occupé à oublier le départ d'Ilis. Il avait perfectionné ses griffes en les rendant plus tranchantes et plus résistantes. Cela lui avait pris un moment mais le résultat était plus que bon. Aujourd'hui il faudrait aussi qu'il remplace son bras mais il le ferais plus tard. Oldae était arrivé dans le vaisseau, Erebus l'avait entendu. Il avait posé les jambes cybernétiques devant l'infirmerie pour qu'Oldae les vois et avait placé un mot sur la porte afin de ne pas être dérangé, lui demandant aussi de s'occuper du décollage. Leo avait toqué à la porte plusieurs fois mais Erebus n'avait pas répondu, il espérait qu'il ait vu le message laissé qui lui demandait de le laisser tranquille cette nuit. Il avait aussi cru entendre Oldae brièvement, mais complètement concentré sur ses affaire sil n'y avait pas prété attention, mais l'avait il ne serait ce qu'entendu? Peut être pas.

Il arborait une mine fermée, vidée de toute émotion, la façon dont Ilis était parti le laissait triste et silencieux. Il avait passé au moins 2 ou 3 heures sur ses griffes mais ce qui lui avait pris tout le reste de la nuit était d'une nature bien différente. Oracle s'était penché sur un cas particulier peu avant son départ, il s'agissait d'un vieux piano à cordes, instrument vieux de plusieurs milliers d'années, qu'elle n'avait pas réussit à ré accorder malgré des heures de travail. Erebus était un adepte de ce genre d'instruments et avait autrefois été un excellent pianiste ( sur des modèles bien plus récents du moins ), c'est lui qui avait demandé à Oracle d'essayer de le réparer. Cependant cet instrument archaïque avait été une énigme impossible à résoudre pour Oracle et ceux malgré plusieurs dizaines d'heures dessus. Erebus avait eu plus de réussite, l'instrument lui avait résisté mais il avait finalement réussi à accorder la chose comme il fallait, les mécanismes de ce genre avaient disparues depuis des milliers d'années remplacés par des versions avec moins de touches et électroniques, ces derniers bien plus simples à prendre en main étaient très prisés des cantinas pour leur simplicité. Grâce aux assistances électroniques que ces instruments comprenaient n'importe qui pouvait en jouer et passer pour un bon joueur. Le père d'Erebus avait toujours veillé à ce qu'il soit bon dans le domaine, officiellement il disait que c'était pour marquer bien devant les autres, officieusement son père pensait que cela permettrais à Adrian Styneth d'attirer les filles... Son père était très vieux jeu et finalement cela ne lui servis qu'à impressionner sa femme et ses enfants plusieurs fois. Mais il ne regrettais pas son apprentissage cela l'avait énormément occupé durant les interminables moments où il ne se passait rien sur le Ralroost.

Il sentis le vaisseau décoller, puis l'accélération de l'hyperespace.

Il tapota quelques fois, le son résonnait parfaitement, exactement comme il le souhaitait, il vérifia toute les touches, tout fonctionnait parfaitement. Il se remémora sa chanson favorite, celle qu'il avait joué tant de fois sur le Ralroost, cela faisait bien 4 ans qu'il ne l'avais pas joué, mais il l'adorait. Il tenta de se souvenir des mouvements de mains du positionnement des doigts.



Il se remémora et ses mains bougèrent seules, ses doigts mécaniquement se souvenaient de chaque notes à jouer, chaque notes pour créer l'accord parfait. Il s’arrêta, alluma son enceinte à coté de lui qui jouait la musique en boucle et repris. Il joua sa musique encore et encore, pleinement concentré sur son action, ses doigts naviguaient sur l'instruments pressants les bonnes notes aux moments parfaits. La musique était une musique triste, solennelle elle durait plus de 16 minutes. Sa main mécanique se comportait parfaitement lui permettant une parfaite maîtrise de l'instrument. Il sentait derrière les mécaniques internes de l'instrument qui s'agitaient à chaque notes, la musique défilait sous les notes jouées par Erebus, le rythme ralentis, cela faisait 15 minutes qu'il jouait sans interruption, la fin de la chanson approchait. Il arriva finalement au bout, il s’arrêta, fit pivoter sa chaise pour la placer face à la deuxième chaise puis tendis sa main vers la porte afin de la déverrouiller. Il posa ses jambes sur la deuxième chaise croisa les bras et s'endormit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Re: Le Dominator   Mar 22 Nov - 19:20



Dark Oldae




Partie III

Chapitre XXXXVII: Leo

La mélodie embaumait le vaisseau de ses délicates notes. Les veilles cordes du vieux piano donnaient un son comme on en entendait encore que très peu dans la galaxie. Ce genre d'instrument traditionnel n'était plus utilisé que par les grands musiciens. Les profanes préféraient les instruments modernes qui fournissaient une assistance électronique, rendant le jeu plus aisé et plus accessible. Oldae trouvait que ce genre d'instrument moderne faisait perdre en saveur à la mélodie. L'artifice venait combler les défauts du musicien et donnait un rendu des plus artificiels. Décevant pour ceux qui s'intéressaient vraiment aux arts musicaux.
Le Sith trouvait que seul les vieux instruments pouvaient donner du corps à la mélodie, donner envie de s'y plonger, de l'écouter et de la laisser nous raconter une histoire. Le Sith était un fervent admirateur de musique, pour autant il n'était pas particulièrement doué pour en jouer et ses connaissances demeuraient purement théoriques. Il considérait la musique comme l'un des plus nobles arts inventés par les êtres vivants. La musique avait la vertu de transmettre des sentiments, des impressions, parfois même des désirs ; c'était dans cette facilité à transmettre que résidait la beauté de la musique. Oldae se souvenait qu'un grand musicien avait un jour déclaré "la musique, c'est ce qui parle à notre place. En cela, j'espère que mes pensées ont pu vous atteindre".
La mélodie du capitaine était très agréable à écouter et concordait à merveille avec la personnalité de l'homme qui la jouait. Elle évoquait la tristesse, la déception, la fin d'une histoire, l'épilogue de grands exploits. Bizarrement, elle rappelait au Sith la bataille de Bothawui où l'armée républicaine, alors menée par le maître Jedi Belth Allusis et forte de seulement 4 000 soldats et 70 chevaliers Jedi, avait tenu face à l'armée impériale alors forte de plus de 50 000 soldats. Une grande épopée héroïque qui avait marqué la première grande victoire de la république sur l'empire mais aussi le début de la débâcle impériale.
Oldae ignorait que le capitaine était un joueur de piano traditionnel, ce genre de musiciens devenaient de plus en plus rares ; alors de la part d'un homme qui avait grandi dans une famille modeste de la république. En réalité, cela correspondait bien à la personnalité du capitaine, un homme rempli de mystères et dont le passé ne cessait de lui rappeler les durs réalités du présent.
Après tout, chacun avait son propre jardin secret, même les hommes les plus horribles que l'histoire est pue laissée pour preuve de son passage. Par exemple, Dark Malgus, reconnu comme l'homme le plus puissant de l'empire avec l'empereur, avait une amante, une jeune Twi'Lek d'une grande beauté qu'il faisait passer pour sa maîtresse et sa serviteur. Si les hommes avaient bien retenu quelque chose lors des campagnes auprès de Malgus, c'est qu'il ne fallait en aucun cas toucher à elle, ou alors il fallait s'attendre à mourir dans les heures à venir. Même Oldae, bien qu'il ait cherché à le faire disparaître dans les tréfonds de son âme lors de son enseignement à l'académie et maintenant en tant que seigneur noir des Sith.
Lorsqu'il était petit, il se rappelait qu'il aimait réaliser de petites sculptures en bois ; il prenait de petite bûche qu'il modelait alors selon ses envies, sculptant des animaux le plus souvent. Il passait le plus clair de son temps à s'affairer sur ses petites oeuvres d'art en bois, inconscient dans son petit monde d'enfant. C'était cette passion qui lui avait coûté sa liberté car c'était en essayant de modeler des bouts de bois à l'aide de la force que l'on avait découvert son affinité à la force et que ses parents l'avaient fait rentrer à l'académie.
Ce n'était pas tellement de leur faute, à l'époque, rentrer dans l'ordre Sith était un grand honneur, l'un des plus grands qu'il pouvait être fait ; ils avaient vu en cela l'espoir que leur fils devienne une personnalité importante dans l'empire. Avoir des prédispositions pour la force était une chance exceptionnelle dans l'empire, tout particulièrement pour les races aliens dont l'apprentissage de la force représentait le seul échappatoire à la misère raciale. En devenant un Sith, toutes les horizons s'ouvraient, des plus hautes sphères politiques aux plus hautes sphères militaires. Mais cette image avait beaucoup perdu de sa superbe pendant la guerre, les Sith n'étaient maintenant plus considérés que comme des guerriers sanguinaires et despotiques.
Tout est-il que l'académie avait fait disparaitre cette passion qu'entretenait jusqu'alors méticuleusement le Sith au profit des arcanes du côté obscur. Ce genre de loisir n'avait pas eu sa place dans l'ordre noir, les professeurs de l'académie et les surveillants le lui avaient rappelé à de nombreuses reprises, parfois même de la manière forte. Oldae se rappelait avoir traversé une période terrible en entrant à l'académie. Il n'avait que six ans, se retrouvant seul et démuni face au monde atroce qui se profilait devant lui. L'isolationnisme, la négation, l'égocentrisme, la haine et la colère, voilà ce qui trouvait sa place au sein des enseignements du côté obscur. C'était là, la méthode de l'académie, confronter l'enfant aux ténèbres dès son plus jeune âge, exclure tous liens sentimentales entre les futurs apprentis, tuer tous les sentiments considérés comme superflus afin qu'ils ne viennent pas parasiter l'enseignement. Beaucoup n'en survivaient pas, d'une part car il s'agissait d'une méthode destructrice physiquement et mentalement, d'autre part car seule la loi du plus fort régnait dans l'académie. Le seul lien qui était accepté entre les élèves était celui du rapport soumission-commandement. Le but était simple, soumettre ou être soumis ; il s'agissait ni plus ni moins d'une introduction à ce que serait la triste vie des seigneurs Sith. Être anobli n'avait rien d'une finalité ni même d'une consécration, à l'inverse, c'était à partir de ce moment que le cauchemar prenait forme. Si croire que le côté obscur était la seule chose qu'un Sith pouvait craindre, alors il s'agissait là d'une terrible erreur. Rapidement, la peur du côté obscur laissait la place à l'horreur de la hiérarchie et du jeu des grands dont on se révélait rapidement un acteur secondaire voué à être sacrifié. Un Sith n'était rien de plus qu'un vulgaire pion que l'on pouvait aisément sacrifier aux yeux des grands afin d'alimenter leurs luttes de pouvoirs. Survivre dans ce milieu inhospitalier revenait à plier l'échine devant un seigneur plus puissant en espérant ne pas avoir parié sur le mauvais cheval.
C'était dans cet environnement où la haine était cultivée que grandissaient les futurs apprentis. Ils recevaient toutes sortes d'apprentissages très similaires à ceux des novices Jedi, à l'exception que le côté obscur était scrupuleusement développé afin de créer les Sith les plus puissants possibles. Pour cela, tous les moyens étaient bons et le personnel de l'académie ne rechignait devant aucun sacrifice pour accomplir son oeuvre ; tortures, harcèlements et combats à mort s'entremêlaient dans leur valse satanique. Le rapport soumission-commandement était étroitement encadré et alimenté afin de faire croître les émotions obscures ; des clans entre étudiants voyaient ainsi le jour au sein de l'académie et des accrochages entre ces derniers se déroulaient fréquemment.
Face à un tel enseignement, Oldae avait laissé tomber tous les plaisirs que son ordre jugés superflus, il les avait fait disparaître dans les tréfonds de son âme ; il s'en était servi de défouloir pour canaliser le monstre qui grandissait en lui. Le seul loisir qu'il avait trouvé et qui concordait avec les besoins des Sith était la lecture. Très tôt, le Sith s'était réfugié dans les bouquins, passant le plus clair de son temps libre dans la grande bibliothèque de l'académie. Cette volonté d'apprendre avait d'ailleurs attiré son maître, le seigneur noir des Sith Dark Thanaton, membre du conseil noir. Considéré comme le Sith le plus érudit du conseil, il avait vu en Oldae l'apprenti à qui il pourrait transmettre ses connaissances. Alors âgé de 29 ans, le seigneur noir d'Imei était désormais considéré comme un érudit au sein de son ordre.

Le fil des pensées d'Oldae fut interrompu par l'intervention de Leo, le jeune apprenti de Styneth, qui le fixait intensément depuis plusieurs minutes. C'était un petit garçon blond, devenu padawan à seulement dix ans. L'ordre Jedi était en difficulté et manquait cruellement d'apprentis, aussi dès que les jeunes novices présentaient les conditions requises, ils étaient sélectionnés pour devenir padawan. Son maître était mort des mains de Dark Phoebus, l'ancien assassin d'Oldae, qui l'avait ramené sur Imei avec trois autres padawan, dont Oriane, conformément aux ordres qu'il avait reçu du seigneur noir. L'inquisiteur avait repéré chez lui un mental fort mais insuffisant pour devenir son apprenti, il avait donc envoyé l'enfant à Desius. Mais contre toutes surprises, le jeune garçon avait tenu plus d'une semaine face à la sorcellerie du Kel Dor et s'était enfui. Sauvé par Styneth, le garçon était ensuite devenu son apprenti par un commun accord. Ses capacités physiques n'avaient rien d'extraordinaires mais son mental laissait penser qu'il pourrait peut-être devenir un sorcier un jour.

- Que veux-tu mon garçon ? demanda le Sith.

Leo sursauta et détourna immédiatement la tête pour se disculper. Visiblement, il craignait encore le seigneur noir. Mais sous le regard insistant du Sith, le jeune garçon finit par répondre.

- Ou allons-nous ? demanda t'il.

- Sur Korriban, répondit Oldae.

- Korriban ? La planète de l'ordre Sith ? l'interrogea Leo.

- En effet, approuva le Sith.

- Pourquoi y allons-nous ? le questionna l'enfant.

- J'ai des choses à y faire et tu y passeras l'épreuve des cristaux.

- L'épreuve des cristaux ? Comme sur Ilum ?

- Exactement, acquiesça Oldae.

- Pourquoi devrais-je la passer ? Cela signifie que je deviendrais un Sith... se lamenta le jeune garçon.

- Et tu n'as pas envi que ce soit le cas ? lui demanda le Sith.

- Je n'ai pas envi de devenir comme v... Enfin comme les Sith... répondit t'il.

- Comme moi ? Je ne te le souhaite pas, il n'y a rien d'agréable à cela. Comme il y a pluralisme de Jedi, il y a pluralisme de Sith. Il n'existe pas un Sith prédéfini, il n'en reviendra qu'à toi de choisir celui que tu voudras être, le rassura Oldae.

- Vous avez vous-même choisi d'être un Sith ? lui demanda l'ancien padawan.

- Je n'ai pas eu cette chance, répondit négativement le seigneur noir.

Le silence s'établit dans le petit vaisseau. Les notes avaient cessé de sonner depuis un petit moment et seul le bruit des moteurs venaient troubler le calme des lieux. Oldae sentait que le jeune garçon avait encore des choses à lui demander mais qu'il n'osait pas.

- Qu'y a t'il ? lui demanda Sith.

- Rien, nia le garçon.

- Tu aimerais savoir ce qu'il se passera lors de l'épreuve, n'essaie pas de le nier, lui rétorqua Oldae.

- Comment le savez-vous ? lui demanda l'enfant.

- Je lis dans tes pensées. Tu devrais apprendre à dresser des barrières mentales où tu ne feras pas long feu sur le champ de bataille. Demandes à ton maître, il t'apprendra, expliqua Oldae.

- Vous lisez dans les pensées ? Je savais que certains y arrivaient mais on m'avait dit que c'était très difficile ! s'écria Leo.

- Cela s'apprend, comme tout. Ne crois jamais ceux qui disent que les choses peuvent s'acquérir sans efforts, ils te mentent. L'apprentissage est difficile, quelqu'en soit le domaine, c'est ce qui rend la réussite encore plus fabuleuse, dit le Sith.

- Je m'en souviendrai, approuva le jeune apprenti.

- Pour répondre à ta question, il n'existe pas d'épreuves prédéfinies. Tu as dû étudier le déroulement de l'épreuve des Jedi au temple, et bien il est identique pour les Sith. Lorsqu'un Jedi va chercher son cristal, il est soumis à l'épreuve du côté obscur, il s'agit de sa première rencontre avec cette facette de la force. Le côté obscur va chercher à le tenter et il aura pour cela une infinité de possibilité, les énumérer est donc inutile. De toute façon, l'épreuve est individuelle, elle s'adapte à l'individu. En réalité, le côté obscur que les Jedi rencontrent lors de l'épreuve n'est en fait que le côté lumineux travesti. Son but est de tester ceux qui seront ses futurs représentants et défenseurs.
Lors de l'épreuve des Sith, le principe est le même sauf qu'il s'agira du véritable côté obscur. Son but sera de te tester pour voir si tu es digne d'un jour pouvoir le contrôler.
Tu n'as pas besoin d'en savoir plus si ce n'est que l'épreuve n'a pas de temps limite, expliqua Oldae.

- Mais comment saurais-je quel cristal prendre ? demanda l'apprenti.

- Tu le sauras, la force te le dira, dit le Sith.

Le garçon ne fut pas très content de la réponse et arbora une moue déçue.

- Combien de temps a duré votre épreuve ? l'interrogea le garçon.

- Cinq jours, répondit le seigneur noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veers

avatar

Faction : Empire
Messages : 515
Date d'inscription : 11/04/2016

MessageSujet: Re: Le Dominator   Mer 23 Nov - 1:13

Dark Erebus



Il s'avançait, le terrain était jonché de cadavres, le ciel était noir de la fumée des incendies, l'odeur de mort était omniprésente. Il remarqua l'épave du Ralroost au loin, écrasé. Plus loin celle de deux Harrowers enfoncés dans sol et complètement explosés. Il trébucha sur un corps et tomba dans une gigantesque fosse elle aussi pleine de cadavres. Péniblement il se releva et leva la tête pour remarquer Sanders, assis devant lui souriant, mort. Erebus fonça à ses cotés et remarqua une blessure au torse, une blessure par sabre laser. Sanders souriait, une photo de sa petite soeur décédé à la main. Erebus ferma ses yeux et récupéra ses plaques d'identification avant de le coucher sur le dos. Il jeta un rapide coup d'oeil autour de lui, tout ses cadavres il les connaissaient. Conti, Raiker, Ven'laans il s'agissait des corps sans vie de son vaisseau. Erebus tomba à genoux, tout ces cadavres, il ne les connaissait que trop bien, la mort était partout, tous étaient figés dans des expressions différentes, certains souriaient, d'autre affichaient une mine triste ou résignée. Il secoua la tête, il devait sortir d'ici retrouver Oldae, Ilis et Oracle.



Son grappin s'éleva dans le ciel et accrocha le tronc d'un arbre calciné l'y propulsant. Il atterri sur le sommet de l'arbre et observa les environs. Un paysage mort jonché de cadavres à perte de vue. Le paysage était ponctué par les hauteurs formées par les cadavres un peu plus loin une ville, en flamme et en ruines, c'est là bas qu'il devait aller. Il traversa le champ de cadavres, des hommes dont il reconnaissait vaguement le visage, des membres d'équipage du poing d'acier, des gardes de la forteresse etc... Il leva les yeux vers le ciel, la pluie commençait à tomber, une pluie noire, noire d'encre. La pluie vint noircir la tenue blanche d'Erebus tandis qu'elle effaçait le visage des morts, l'uniformisant avec la couleur ambiante grise noire. Une vision le pétrifia, il fonça près du premier bâtiment et y vis le corps inanimé de Vegan, rien ne pouvait effacer ses grand yeux rouges. Erebus accouru à ses cotés, il était encore vivant. Il avait une lame plantée dans la poitrine. "C'était pourtant si beau", le chiss prononça ses dernières paroles, puis lentement ses yeux se fermèrent tandis que la vie le quittait. Erebus se releva et entra dans la ville en flamme.



La pluie redoubla d'intensité, la ville se transforma en lieu noir et lugubre. L'armure d'Erebus elle noircissait à chaque impact, il sentait la froideur de cette pluie même au travers de son armure. Autour de lui les bâtiments flambaient, la pluie n'avait pas arrêté les incendies loin de là, ces derniers se répandaient à travers chaque bâtiment ne laissant que des ruines carbonisées sur leur passage. Erebus remarqua aussi certains cadavres carbonisés aux fenêtres, certains figés dans des tentatives de fuites du brasier restées vaines, il regarda devant lui, il reconnaissait la maison qui se tenait au croisement de la route, la sienne. Elle n'était pas censé être là mais c'était bien la sienne. Devant une ligne d'individus étaient assis, carbonisés par les flammes alentours, son père qu'il reconnu à cause de son bras gauche mécanique, sa mère et sa broche en or qu'il avait toujours trouvé ridicule et probablement ce qu'il restait de ses frères et sœurs à cotés. Tous se tenaient la main comme s'il s'agissait d'une photo de famille. Ils avaient peut être été cernés par les flammes et.. Non ça n'avait pas de sens tout ceci était impossible. Il fallait qu'il sorte de là, il ne pouvait pas rester ici, il devait partir. Il rentra dans la première maison et se figea net. Il vis son corps au sol, étendu, mort son avant bras coupé. Il avait un impact à l'abdomen, non c'était impossible, qu'était il en train de se passer? la porte s'ouvrit et 3 hommes entrèrent,

-Le voilà ramenez le au vaisseau en vitesse Jadus à de grands projets pour lui, cela fait 10 ans qu'ils ne se sont pas vus.

-Et le cyborg?

-Il mourra dans pas longtemps laissez le.

Les trois hommes soulevèrent le corps inerte de Styneth et le traînèrent jusqu'à leur vaisseau fermant la porte derrière eux. 10 ans qu'Erebus en l'avait pas vu, mais qu'est ce qu'ils racontaient ces deux là? Styneth n'avait jamais rencontré Jadus auparavant.



Erebus tenta de les suivre mais lorsqu'il ouvrit la porte il se retrouva encore dans un autre endroit, enfin façon de parler, il était retourné dans une sorte de plaine dévastée, similaire à celle ou il avait atterris. La plaine était jonchée d'épaves en tout genre, du simple chasseur sith ou républicain à l’épave du Liberator, une navire de classe thranta, il apercevais également quelques épaves de harrowers au loin, ainsi que quelques Valors, du moins leur forme le laissait penser. Il leva la tête et remarqua les chutes de vaisseaux supplémentaires, il pleuvait littéralement des vaisseaux. La situation devenait surréaliste, mais Erebus ne savait comment en sortir. Il marcha au milieu du cimetière pendant des heures, il reconnaissait quelques navires, il en avait commandé certains, il en avait combattu d'autres, il reconnus notamment le vaisseau amiral Sith qu'il avait détruit lors de la bataille de Bothawui. Cela faisait maintenant 6 heures qu'il marchait au milieu des épaves, cependant il n'éprouvait pas la moindre once de fatigue. Il s’arrêta net, juste à temps pour ne pas recevoir un croiseur Hammerhead sur la figure. Il se courba et planta ses griffes dans le sol afin de ne pas être soufflé par l'onde de choc qui balaya la zone. L'onde dura plusieurs secondes avant de retomber, laissant un nuage de poussière autour du vaisseau. Si il y avait une sortie à cet endroit elle était derrière le vaisseau.

Il pénétra dans le vaisseau et le traversa, il connaissait par cœurs chaque couloirs des Hammerheads, et pour cause ils étaient sensiblement similaires à ceux des Thrantas. Le vaisseau était désert, personne, aucun cadavre, aucun signe de vie ou de lutte. Le courant était éteint et Erebus dus s'éclairer avec son sabre pour progresser dans le vaisseau. Il sentait des vibration, le vaisseau était probablement en train de se tasser sous son propre poids et le bruit de métal tordu résonnait dans tout le vaisseau, soudain les craquements redoublèrent d'intensité et Erebus vis le plafond l'éloigner dans un horrible craquement métallique, le sommet de la tête de marteau du croiseur tomba en avant faisant apparaître le ciel aux yeux d'Erebus. Au moins il n'aurais plus besoin de s'éclairer à ce niveau, pensa t'il tandis qu'il progressait dans le vaisseau. Il escalada un monticule de débris et se retrouva sur la passerelle elle aussi vidée de toute occupation. Qui avait envoyé s'écraser ici ce vaisseau, où était son équipage. Tant de questions si peut de réponses. Il entendis une onde de choc et se tourna pour voir un Harrowers s'écraser derrière lui, quel bordel pensa t'il de nouveau, et le fait de relever la tête pour regarder le ciel ne le rassura pas, des petits chasseurs aux croiseurs gigantesques, tout tombait du ciel dans d'énormes boules de feu s'écrasant au sol dans une violence rare. Il fallait qu'il parte d'ici. Il s'avança vers l'autre coté du vaisseau quand il marcha sur une plaque fragile qui craqua sous son poids et le fit tomber dans le vide.

Il tomba sur le dos dans une sorte de structure métallique, cela lui disait quelque chose, la salle était une sorte de salle du conseil, elle lui était familière, étais'ce? Oui c'était bien ça la salle de conseil de la forteresse sur Imei. Enfin un endroit familier et rassurant mais plus pour longtemps hélas. Alors qu'il sortait de la salle il fut accueillis par des cadavres, encore, ils étaient tous morts certains appuyés sur le mur figé dans des expressions de tristesse, de souffrance. Le sabre les avait tué, tous avaient les mêmes blessures et tous baignaient dans de véritables mares de sang, certains coupés en deux avaient tentés de ramper vers l'infirmerie, sans succès. De toute façon ça ne les aurait pas sauvés, Erebus aperçu la tête de McGil près de l'entrée de l'infirmerie et il ne se faisait pas d'illusions sur l'état du pauvre docteur. Il fut interrompu dans ses pensées par un tir de blaster à l'extérieur, vers... La plateforme d'atterrissage B, là où il y avait son vaisseau. Il fonça vers la plateforme et y vis une entité noire tenir Oldae à la gorge. Il aperçut le sabre de ce dernier au loin, brisé en deux. Avant qu'Erebus ne puisse réagir l'ombre planta sa main dans l'abdomen d'Oldae lui arrachant un terrible cri de douleur avant de la ressortir éviscérant Oldae au passage, avant de le projeter près d'Erebus.
Erebus accouru auprès d'Oldae, et serra sa main sur la blessure dans son ventre afin d'essayer de limiter les dégâts. Oldae avait un semblant de vie dans le regard, son regard se tourna vers Erebus et il parvint à dire quelques mots et dans un dernier soubresaut de vie il saisit la main d'Erebus.

-Vous, auriez dû l’empêcher.

Erebus vis une larme dévaler le visage d'Oldae, il murmura deux prénoms qu'Erebus ne connaissaient pas, puis il s'éteint finalement dans les bras d'Erebus. Erebus se releva, l'ombre était parti laissant l'endroit remplis de cadavres. Erebus se précipita sur celui qu'il reconnus tout de suite, Oracle. Elle avait plusieurs coups sur son corps, dont un qui lui avait été probablement fatal, à la poitrine. Elle tenait Leo sous son bras droit, lui était mort, elle avait essayé de le protéger jusqu'à son dernier souffle mais avait échouée.

-Non, Oracle, restez avec moi!

Elle était en train de pleurer, elle se tourna vers lui et lui souris.

-Je suis désolé maître j'ai échouée, je... suis désolée.

Elle s'éteint à son tour et Erebus poussa un cri déchirant mêlant colère et tristesse. Il ferma les yeux d'Oracle et fonça vers le bord de la plateforme. Il regarda en bas, rien, il regarda tout autour de lui, rien. Il se tourna vers son vaisseau dont la porte était ouverte, ça c'était anormal mais qu'est ce qui ne l'était pas. Il s'avança prudemment et fut interrompu par une voix féminine, Ilis. Elle fut expulsée hors du vaisseau par une poussée de force, elle tomba à 5 mètre du vaisseau et parvint à se relever pour se retourner et faire face à son adversaire dégainant ses deux sabres. L'ombre approcha et dégaina elle aussi deux sabres, tout deux rouges. L'ombre fonça sur Ilis, Erebus répliqua immédiatement et tenta de foncer vers l'ombre mais cette dernière le repoussa de l'autre coté de la passerelle. Il ne put qu'assister impuissant au duel entre Ilis et L'ombre. Le duel dura un moment mais Ilis ne pouvait rien, l'ombre lui planta son sabre dans l'épaule droite faisant voler son sabre et coupa son deuxième sabre en deux. Il planta son sabre dans l'abdomen d'Ilis lui arrachant un cri de douleur assourdissant avant de la laisser tomber à genoux à ses pieds. Elle se tenait l’abdomen comme elle pouvait, tentant de limiter les saignements. Elle gémissait de douleur et releva la tête une dernière fois vers son opposant en guise de défis. L'ombre saisit son sabre à deux mains lui planta la lame dans la poitrine d'Ilis lui arrachant un ultime gémissement de douleur, puis désactiva son sabre laissant Ilis un instant immobile aux portes de la mort, puis finalement après quelques instants elle tomba en arrière jetant un ultime regard à Erebus, plein de tristesse et de remord avant de rendre l’âme définitivement.  

Erebus se releva finalement et activa ses deux sabres, il n'avait pu les sauver, mais il les vengerait. Il fonça sur l'ombre sabres au clair et le duel entre les deux commença. Le duel fut très équilibré et dura un long moment avant que l'ombre ne parvienne à projeter Erebus au loin, manquant de peu de le faire tomber dans le vide. Il se releva et chargea de nouveau l'ombre qui après un autre âpre duel fut mise en difficulté par Erebus qui parvint à détruire ses deux sabres cependant l'ombre loin d'être vaincue saisit Erebus aux poignets et le força à lâcher ses armes. L'ombre projeta ensuite Erebus à quelques mètre, le blessant au dos. Il serra les dents, la chose était redoutable, imbattable, il se releva et hurla à la face de l'ombre en guise de défi, l'ombre le chargea et le plaqua au sol, avant de lui parler.

-Tu es faible, j'ai toujours su que j'étais supérieur, tu ne vaux rien, bientôt ton pouvoir sera à moi.

Cette voix, il la connaissait, non ça ne pouvait pas être ça il devait se tromper. Dans un sursaut d'orgueil il tenta un coup de poing sur l'ombre qui para le coup, il sourris et une explosion les sépara, son écran de fumée. Il avait toujours cet avantage que l'ombre n'avait pas. Il surgit devant l'ombre et de toute ses forces la frappa au visage, son coup traversa l'ombre de part en part et la projeta sur quelques mètres, toujours dans l'écran de fumée. Il continue et esquiva un coup porté au hasard par l'ombre avant de lui donner un violent coup de pied sur son flanc qui la projeta hors du champ de fumée. Il sortit de la zone et lorsque l'ombre se releva il la foudroya de toute sa puissance, insuffisante hélas, il avait besoin de plus, Oldae lui avait toujours dis que c'était dangereux mais il n'avait pas le choix. Ses muscles se raidirent, ses yeux brillèrent de rage et sa foudre tripla d'intensité. Il hurla de rage tandis que l'ombre reculait face à la décharge bien trop puissante, elle posa un genoux à terre puis tomba à la renverse, vaincue. La foudre s’arrêta et Erebus qui du faire un effort colossal pour ne pas tomber inconscient récupéra un de ses sabres et se dirigea vers l'ombre à terre. Il activa son sabre et le planta au milieu de l'ombre qui disparut dans un cri de douleur. A sa place apparut quelqu'un, quelqu'un que Styneth ne connaissait que trop bien, au sol à la place de l'ombre se tenait Vassili Griggs, son ancien second et ami.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veers

avatar

Faction : Empire
Messages : 515
Date d'inscription : 11/04/2016

MessageSujet: Re: Le Dominator   Dim 27 Nov - 3:29

Dark Erebus



Le groupe avait quitté la ville pour retourner au vaisseau posé plus loin. La rencontre avec Duvalo n'avait pas laissé Erebus indifférent, c'était un personnage haut en couleur et intéressant. Peut être qu'un jour il reviendrais solliciter son aide, peut être. Ils arrivèrent finalement au vaisseau, Erebus entra le premier et démarra le vaisseau en vue du décollage. Il avait prévu des choses pour ce voyage, outre une petite sieste il souhaitait tenter d'apprendre à contrôler sa fumée. Il s'installa aux commande du vaisseau et fit décoller l'engin dans une colossal rugissement. Le vaisseau s'arracha de la surface de la planète et fonça vers l'espace à une vitesse folle qu'il atteignit finalement après un moment. Erebus activa l'hyperespace et le vaisseau fut propulsé à toute vitesse vers Imei. Une fois le vaisseau dans l'hyperespace Erebus enclencha le pilote automatique et quitta le cockpit vers le laboratoire.
Il entra dans sa pièce favorite, il s'installa à son fauteuil afin d'y dormir un peu. Son sommeil fut cette fois paisible, il ne fit aucun cauchemars marquants et lorsqu'il se réveilla  quelques heures plus tard il était en pleine forme. Il se leva et se dirigea vers le milieu de la pièce. Il tira au sol un de ses capsules fumigènes qui déploya un léger champ de fumée au cœur de la pièce, ce serais parfait. Il se concentra fit appel à la force qui se canalisa autour de ses mains et commença à tenter de déplacer cette fumée noire ce qu'il ne parvint pas à faire. C'était bien plus difficile que de déplacer un objet physique et Erebus en fit les frais, il ce concentra encore et encore, visualisant chaque atome pour en prendre le contrôle et le soumettre à sa volonté. Une petite gerbe de fumée se détacha du nuage, elle fit un brusque mouvement puis s’arrêta de nouveau. C'était un bon début mais il devait faire mieux, il s'assis en tailleur et ferma les yeux veillant à retirer son casque.
Il se concentra, visualisa un à un chaque éléments composants la fumée devant lui, il se concentra, appelant la force à lui, sa fumée bougea, très légèrement, mais de plus en plus. Un filet de fumée s'extirpa de la masse et se dirigea vers Erebus, il lui tourna autour avant de retourner vers la masse de fumée. Erebus ouvrit les yeux, c'était encore insuffisant mais encourageant. Il recommença encore et encore, chaque fois il parvenait à contrôler un peu plus de fumée avec un peu moins de concentrations. Il fis danser la fumée entre ses doigts, c'était quasi complètement réussi, il ouvrit les yeux usant de ses mains parvint à déplacer la fumée à sa guise, cependant le processus bien qu'efficace demandait encore un peu d'entrainement afin d'être réalisé très facilement. Il recommença pendant près d'une heure, chaque fois se faisant avec un peu moins d'efforts malgré une légère fatigue. Il se leva engloutit une entière tasse de thé et retourna à son oeuvre pendant encore de longues minutes jusqu'à ce que le résultat qu'il souhaitait soit atteint, il parvenait à déplacer le volume souhaité sans se fatiguer, sans trop de concentration. Encore un peu d'entrainement et il pourrais même faire ça en dormant.

-Parfait

Il fit aspirer la fumée par le système de ventilation et se mis à travailler sur le plan de travail. Il travailla une heure durant et lorsqu'il eut fini se leva vers le centre de la pièce. Il frappa son poing au sol afin de libérer un écran de fumée. L'écran était cependant trop grand pour la salle et lorsqu'il se déploya il dégagea tant d'énergie que dans un espace si confiné Erebus fut projeté en arrière si violemment qu'il enfonça la porte et percuta la cloison derrière lui dans un sourd bruit métallique.
Il grogna de douleur, son dos avait encore pris un coup, mais rien de grave, enfin il espérait.

-Peut être un peu trop restreint comme endroit pour un test de ce genre.

Oldae sortis des quartiers de Leo inquiet.

-Qu'est ce qui ce passe?

-J'ai essayé un truc, ça à pas trop marché, mais par contre du coup maintenant je sais faire ça!

Une colonne de fumée s'approcha de lui et tourbillonna autour de lui pleinement contrôlée.

-Je vous serait reconnaissant d'éviter de faire exploser le vaisseau je vous pris.

Oldae fis volte face et retourna dans les quartiers de Leo.

-Gna gna gna éviter de faire exploser le vaisseau, mais surtout pas bravo d'avoir réussi à maîtriser cette fumée cela ne nous conférera pas d'avantage décisifs sur le terrain gna gna gna. Oh moi je suis le seigneur Oldae et je suis méchant très méchant les émotions je connais pas.

Erebus retourna dans son laboratoire bougon mais content, il maîtrisait désormais sa fumée et avait tout un tas d'idées de ce qu'il pourrais en faire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dark Plagueis Le Sage
Administrateur
avatar

Faction : Second Empire Sith
Messages : 782
Date d'inscription : 14/12/2015

MessageSujet: Re: Le Dominator   Dim 27 Nov - 11:22



Dark Oldae




Partie III

Chapitre LI: Le sabre de Leo

Oldae fit volter son sabre devant lui sous le regard attentif du jeune garçon et, d'un léger frémissement, l'arme se désarticula, dévoilant toutes ses pièces et tous les mécanismes complexes qu'elle contenait.

- Tous les sabres sont construits sur un modèle similaire, les différences sont souvent minimes mais peuvent être plus ou moins marquées selon le type de sabre, ce qui est particulièrement le cas sur une lame double. Tu as appris tous les modèles de sabres méticuleusement lorsque tu étais au temple, maintenant tu vas devoir réussir à passer de la théorie à la pratique.
Les éléments s'imbriquent logiquement, les uns avec les autres, les uns après les autres (expliquait Oldae tout en montrant avec son propre sabre). Si tu t'es trompé, tu le sauras, l'arme ne pourra pas être finie. Saches qu'un simple agencement peut causer un court-circuit et empêcher le fonctionnement de lame, tout doit être agencé aux mini-mètres près.
Normalement, on commence par les extrémités puis on va vers le centre pour terminer par le cristal, il s'agit de l'étape finale de la construction. Sache que mettre son cristal est le moment le plus difficile, car, lorsque tu l'inséreras, le cristal se mettra immédiatement à fonctionner. Si les composants du sabre sont mal-agencés ou que le cristal est mal-installé, tu provoqueras un court-circuit ou, pire, une explosion, expliqua Oldae.

Leo approuva, déterminé à y arriver. Il ferma les yeux et les composants se mirent à volter dans les airs sous le regard du seigneur Sith. Le jeune garçon commença à se remémorer les schémas des sabres laser qu'il avait appris au temple sous la forme d'hologrammes, visualiser tous les mécanismes et se rappeler toutes les annotations écrites et tous les conseils donnés par ses professeurs. Il avait bonne mémoire, la structure lui revint rapidement ainsi que la logique de montage.
Le jeune garçon commença par monter différents composants importants pour ensuite emboîter ces derniers. Une goutte de sueur perlait sur son front tandis que ses paupières frissonnaient et que ses lèvres bougeaient toutes seules sous l'effet de la concentration. Les différentes parties se formèrent une par une dans une valse atypique de petits organes métalliques puis s'assemblèrent. Après plusieurs minutes, le jeune garçon pensait avoir réussi et inséra le cristal dans la chambre adaptée. Mais lorsqu'il voulut tirer sa lame, Oldae l'en dissuada.

- L'un de tes cristaux de mise au point est mal inséré dans la structure. Si tu utilises ton sabre dans cet état, l'une des lames sera incontrôlable, dit le Sith.

Leo fit une mine bougonne mais ne dit rien et sépara les différents composants de nouveau avant de répéter l'opération.

Oldae ne pu pas assister à la fin de l'assemblage du sabre à cause du capitaine qui avait décidé de s'exercer au contrôle de la fumée dans... sa chambre. Oui, dans sa chambre, surprenant endroit pour ce genre d'exercice n'est-ce-pas ? Comme quoi, Styneth pouvait encore surprendre un public pourtant fervent observateur de ses pratiques peu-conventionnelles.
Malgré le trouble occasionné par le capitaine, Oldae avait tenu à vérifier le sabre de Leo par lui-même afin d'être certain que l'arme n'exploserait pas au visage de son manieur. aussi, lorsqu'il constata la réussite et qu'il remit le sabre au jeune garçon, ce dernier se mit à courir dans sa chambre en fanfaronnant avant de se rendre compte de la puérilité de son acte et de revenir à côté d'Oldae, non sans essayé de cacher son malaise.

- Tu vas devenir un Sith mon garçon, évites de t'atteler à ce genre de pratiques enfantines, le gronda gentiment Oldae.

- Bien, approuva simplement Leo.

- Bon passons, allez montres-nous ce que ça donne.

Leo recula de quelques pas, tendit ses deux bras en avant et activa les deux lames cramoisies. Ses yeux s'illuminèrent en voyant les deux lames pourpres darder leurs regards de braise dans toute la pièce. Il s'agissait de belles lames, tranchante et résistante, deux caractéristiques étroitement mêlées par le savant Duvalo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veers

avatar

Faction : Empire
Messages : 515
Date d'inscription : 11/04/2016

MessageSujet: Re: Le Dominator   Ven 2 Déc - 15:32

Dark Erebus



Erebus quitta le cockpit pour rejoindre son laboratoire, son émetteur avait vibré, un message de Leo probablement. Il s'assis sur son plan de travail et activa son émetteur révélant Oracle, étrange.

-Leo est revenu au vaisseau maître.

-Il a affronté Oldae?

-Oui

-Il à gagné?

-Non

-Ah merde, il va bien?

-Tout est relatif, il est vivant... et conscient. Pour schématiser il à les même blessures que vous lors de votre duel contre jadus, la blessure au sabre et les brûlures en moins.

-Ouille, il vas s'en tirer sans dégâts?

-Bien sur que Oui, je m'en suis déjà en partie occupé, il n'aura aucune séquelle.

-Oldae le sait?

-Leo m'a dis que oui, mais il ment je le sais, il a hérité de votre faculté pour braver les interdits, c'est admirable comme votre personnalité se déteint sur lui. Mais cela n'est pas sans risque.

-Il est conscient?

-Oui, voulez vous lui parler?

-Oui passe moi le, tu a donc échoué...

-En partie, Oriane à récupéré la clochette.

-Raconte moi le duel en détail.

Leo raconta l'intégralité du duel pendant plusieurs minutes, veillant à tout détailler, tout préciser, tout ce qu'il avait pu voir et comprendre du duel. Erebus écouta attentivement, tant d’erreurs, tant d'options non exploitées, tant d'inexactitudes.

-Tu a raté beaucoup de points, il ne fallait pas attaquer Oldae avec des sabres, l’intérêt du champ de fumée est d'être discret et de prendre l'avantage sur ton opposant, or en utilisant un sabre tu perd tout cet avantage, à cause du bruit et de la lumière qu'il crée. Je te l'avait dis et répété, pas de sabre lasers dans le champ de fumée... Tu n'a pas non plus utilisé ta foudre émeraude comme tu l'aurais du, comment pouvais tu espérer qu'il soit vulnérable à ça? Tu as fait des erreurs et tu a sous exploité tes atouts c'est dommage. Tu disposais de plusieurs charges de fumée tu aurais pu les réutiliser et t'en servir pour paralyser Oldae, il n'aurait probablement pas pu le parer, même si ça échouait il fallait essayer. Le fait de faire exploser la corniche était stupide, dangereux mais intéressant dommage tu aurais pu faire mieux.

-Je suis désolé de vous avoir déçu maître.

-Ça ira, tu restera sur le ralroost je veux que tu sois sur la passerelle lorsque nous serons là bas, je veux que tu apprenne sur le tas. N'oublie pas, si jamais tu a un mot de travers envers un seul des membres d'équipage gare à toi. Ah et va à la salle des machines et de demande Bocks, dis lui que tu est mon apprenti et demande lui de te présenter Riley.

-Qui est Riley?

-Tu verras, ne parle ni de Boks ni de Rilzy à Oldae. Aujourd'hui je suis déçu mais quand même fier, je continuerais à t’entraîner à te servir à bon escient de tes atouts.

-Bien maître, merci maître.

- Dernière chose, charge Oriane de savoir ce qu'Oldae à dis à Ilis avant mon départ. Je dois te laisser Oracle doit s'occuper de toi.

L'image bascula de nouveau sur oracle,

-Oracle, occupez vous de lui jusqu'à mon retour je vous prie.

-Bien maître il en sera ainsi, bonne chance dans votre mission.

La communication se coupa laissant Erebus seul dans le laboratoire, silencieux, quel dommage que Leo n'ait pas utilisé ses atouts comme il le fallait, cela lui aurait donné un bon avantage dans le combat, Erebus avait des sentiments partagés, déçu mais fier, déçu de l'emploie hasardeux de l'écran de fumée et de l'inexistence de l'utilisation du harpon lors du combat, mais surpris et fier de la ténacité de Leo, il avait presque réussi. Il continuerais sa formation en rentrant. Il n'avait pas écouté la conversation entre Ilis et Oldae mais ça aussi le laissait perplexe, sa curiosité maladive reprenait le dessus, il souhaitait à tout pris savoir ce qui s'était dis entre eux et interroger Ilis n'apporterais rien.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Dominator   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Dominator
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star wars forum :: L'Espace-
Sauter vers: